Alcatraz Festival 2018

Friday, 29 November 2013

Cd Critics : Gorguts - Colored Sands (2013)

English Version following the French Version !!!!

Critique Cd

Gorguts - Colored Sands (2013)

Le Groupe :

Luc Lemay - Guitare et Voix
Colin Marston - Bass
Kevin Hufnagel - Guitare
John Longstreth - Batterie

Les Chansons :

1 - Le Toit du Monde
2 - An Ocean of Wisdom
3 - Forgotten Arrows
4 - Colored Sands
5 - The Battle of Chamdo
6 - Enemies of Compassion
7 - Ember's Voice
8 - Absconders
9 - Reduced to Silence

Gorguts est un groupe important de la scène métal québécoise, formée en 1989 et pratiquant un « death metal » quand même assez technique, 4 albums et un album live et une compilation, le groupe nous reviens après 12 ans sans aucune sortie avec « Colored Sands » forts d'une signature avec Season of Mist en 2013, regardons une a une se que cette nouvelle offrande nous réserve.

L'album débute avec " Le Toit du Monde " extrêmement technique comme chanson, avec des partie plus lente ici et la, voix guttural mais audible, possède une bonne ambiance, je ne peut dire si c,est le travail de la basse ou du mix, mais as un moment donner je ressent une ambiance indigène en ressortir, bonne entrée en matière pour l'album, viens ensuite " An Ocean of Wisdom ", nettement plus " heavy " et nettement plus lourdes et sombre, le coté harmonique de la guitare est omni présent, ce qui met une belle ambiance a la pièce et le coté mélodique reste quand même présent sans que la chanson perde sa valeur, " Forgotten Arrows " a un niveau technique plus élevée a mon avis et un coté nettement plus progressif dans le son, tantôt lent, tantôt plus rapide, mais tout en restant sombre et très " death ", la pièce titre de l'album viens ensuite, " Colored Sands " débute par une approche lente, on entre dans une sorte de trance a son écoute, je dirai même une sorte de " death doom métal " dans ces début pour ensuite revenir a un " death " dont le groupe favorise, un très bon rythme se ressent un coup la chanson partie, " The Battle of Chamdo " débute par une introduction très " hollywoodienne " voire théâtrale, et tout le long de la pièce qui demeure sur le même ton restera sur ce rythme pour ensuite suivre avec " Enemies of Compassion " qui elle est totalement rapide et Death a souhait avec toujours ce coté très technique et complexe que le groupe apprécie, " blast beat " tout y est, " Ember's Voice " est nettement plus noir, complètement plus " death " avec vraiment un son qui me rappel plusieurs groupes des années 80 comme " Obliveon " même a la limite un petit coté " Voivod " dans son approche, pas désagréable du tout a son écoute, " Absconders " est l'avant dernière piste de l'album et suit la suite logique de l'album, sombre et pesante, le coté technique y est toujours, de bon rythme soutenue a l'occasion agrémente le tout, la dernière piste de l'album est " Reduced to Silence " débute par une guitare en sourdine qui s'amplifie et la pièce crache son venin d'une façon inattendue, des " blast beat " rapide et soudainement un pause de technicité que peut en connaisse la recette et sa repart de plus belle, du " death metal " technique pur et dur.

Il na pas été facile pour moi de critiquer cet album, pas qu'il n'est pas bon au contraire, mais étant peut habituer au style, j'ai dû m'y prendre a plusieurs écoute pour en voire toute les subtilités, après 12 ans sans aucune sortie d'album, cette sortie est la bienvenue, on y retrouve le groupe la ou il avait laissé par le passer ce style est si peut rependue au Québec, « Colored Sands » est très technique et complexe et sa prend d'excellents musiciens qui savent maitriser leurs instruments, et la bande a Luc Lemay ont le plein contrôle, l'album est très sombre et très « heavy », il y a une approche très progressive et en même temps très épique, en effet, hormis la pièce « The Battle of Chamdo » la quasi-totalité des pièces sont longues, une très belle pochette accompagne le tout, et fort de leurs signatures avec le label « Seasons of Mist » Gorguts est de nouveau de retour et prêt a re conquérir la planète entière.

English Version :

Gorguts album critic.

Gorguts was introduced to the Québec metal scene in 1989 and quicky ganed importance by their style of music being a very techinical « death metal ». With 4 albums, 1 live and 1 compilation to their credit they’re now coming back stronger. After a 12 year hiatus they have signed with a new label « Seasons of Mist » and a new opus « Colored Sands », due to come out shortly , which I will walk you through piece by piece.

The album starts with « Le toit du monde » an extremely technical song with slower tempos here and there. The signer’s voice is very guttural but yet remains audible. It posseses a certain ambiance, I don’t know if it’s the way the mixing was done or the work of the bass but I would even say it sounds a bit indigenous. All in all a very good introduction. Then comes « An Ocean of Wisdom » clearly heavyer, much darker, the harmonious guitar and melodies are omnipresent, they set the song in a nice atmosphere without taking any of its power away. « Forgotten Arrow » in my opinion has a much more elevated technical level and progressive sound brought on by the mixture of slow and fast tempos all the while remaining dark with a deathlike attitude. Now moving on to the title piece of the album « Colored Sands ». It begins with a slow approach, transporting listeners into a translike state resembling of the « death doom metal » style and then picking up to their death preferences. A very good rhythm once it gets going. « The battle of Chambo » has an extremely Hollywood like introduction, you could even say theatrical and will maintain that theme throughout the whole piece. It’s followed by « Enemies of Compation » speed and death to your heart’s desire mixing in some « blast beats » but always keeping the technical and complex side they favor. « Ember’s Voice », distinctly darker and death with a sound that reminds me of many 80’s bands such as « Oblivion » even a little side of Voivod in it’s approach which makes for a very pleasant listening. « Absconder » is the second to last song. Keeping in accordance with the natural flow of the album, it’s dark and heavy, very thechnical with good sustained rhythms. Last but not least « Reduced to silence » starts up with a soft and quiet guitar sound that intensifies slowly and unexpectedly spews its venom accompanied by fast « blast beats », a sudden technical pause like few have been able to equal then it starts up again with renewed vigor. Solid « death metal » in all it’s technical glory.

This critic was a bit difficult for me to do considering I’m not accustomed to this style of music, I had to listen to it a few times in order to grasp all the subtleties. I have to say after 12 quiet years this one will be very much welcomed, they have definitely picked up where they left off and it will be greatly appreciated. The technical and complex sound of « Colored Sands » really brings to evidence the excellence of these musicians and the skillful way they control their instruments. Gorguts is back and ready to conquer the world.

Rating : 8/10
Alain Labonte (Québec-Métal)


Ma note 8/10



http://www.gorguts.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Insight - Shit, Lies and Fantasies (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Insight - Shit, Lies & Fantasies (2013)

Le Groupe :

Joémi St-Hilaire (chant)
Diego Dubois (guitare)
Olivier Grenier-Robert (guitare)
Charles Tremblay (bassiste)
Dominic Lupien (batterie)

Les Chansons :

1 - Prologue (intro)
2 - In the End
3 - The Nobodies
4 - Obsession
5 - The Punisher
6 - Sucker Punch
7 - Too Late Too Soon
8 - Shit, Lies and Fantasies


Insight, est un nouveau groupe de la grande région Montréalaise, le groupe existe depuis les environs 2010, mais nous sors un premier album qu'aujourd'hui, que renferme ce premier opus, voyons les chansons par chanson.

Le tout débute par une introduction, " Prologue " ouvre l'album avec un son de basse et de bongo, un coté latin "jazzy " très fluide et relaxant qui se termine par un " sample " parler, un groupe fait pour le festival de " Jazz " de Montréal, non, ne vous y fier pas, car aussitôt l'intro terminer, " The Nobodies " prend possession de l'action et c'est un " Thrash Metal Old School " qui en ressort, un bon rythme qui possède son " groove ", de bon solo et un voix qui nous rappel le coté " Thrash " des années 80 de la côte est avec un bon coté " Hard Rock ", très bon mélange de style, viens ensuite " In The End ", cette dernière est plus rythmé, plus rapide, il y as un coté très " Maiden " dans son approche, surtout évidente quand viens le temps du solo, la basse est omni présente, une très bonne chanson, " Obsession ", plus " Thrash " et encore rapide, la voix est plus haut perché,les guitares sont solide, une pièce qui me fait pensée par moment a du " Megadeth ", " The Punisher " débute assez " heavy ", ma favorite du lot, rythmé qui ne laisse aucune place a de la " pop ", des cassure de rythme comme seul le vieux " Thrash " le fait, tantôt rapide, tantôt plus lente mais sans jamais perdre sa saveur, " Sucker Punch " as un petit coté " Groovy " mais une grosse référence évidente as un moment donner, que sa sois du coté de la voix ou bien du rythme a " Megadeth ", fort agréable a l'écoute car elle me ramène a mon jeune temps et rappel de bon souvenirs, " Too Late Too Soon " a un coté plus lourd, mais a la fois un bon mélange entre le "Speed Metal et le Thrash Metal " les " back vocaux " accompagne bien le chanteur et les harmonies, je reconnais toujours ce petit coté " groovy " tres agréable a l'écoute, l'album se termine avec la pièce titre, " Shit, Lies and Fantasies " très direct, " heavy " mais a la fois un bon mélange " Jazzy " sans pourtant y perdre en efficacité, au contraire sa lui donne une belle saveur et une originalité qu'on ne voit pas souvent.

"Shit, Lies & Fantasies » compte 8 pièces, un très bon mélange de style, mais tout en gardant son coté » Thrash « Insight » a su, sur cet album mettre plusieurs influences subtile, ayant selon mon imagination pus voire des styles comme » Iron Maiden - Megadeth - Scatterbrain ou Infectious Groove « le groupe a osé la ou peut oserai, en effet, a l'écoute de certain pièce, surtout la dernière, on y voit une influence directe du » Jazz « ce qui donne une saveur particulière a l'album et qui n'est pas désagréable, du coté des guitares, il y a un bon rythme, et les mélodies, harmonies ou solos sont bien ficelé, du coté de la voix, elle est haut perchée, mais pas désagréable, justement comme plein de groupes de la période des années 80 le faisaient, les " back vocaux " interviennent au bon moment et y mette encore une fois une belle ambiance, du coté de la basse, elle est omni présente, et emmène ce » groove « qui se ressent tout au long de l'album, une batterie solide et efficace, ce groupe est une belle découverte pour les vrai amateur de » Heavy Thrash « pour un premier album, une bonne production qui as été fait par le groupe lui-même, la pochette est simple, noire et blanche, mais le dessin qui s'y trouve et fort bien fait, » Shit, Lies & Fantasies « est un bon album, et Québec-
étal le recommande a tout amateur de ce style.

Ma Note : 7.5/10


https://www.facebook.com/insightmontreal

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Erimha - Reign Through Immortality (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Erimha - Reign Through Immortality (2013)

Le Groupe :

Gore - Voix
Kthien - Guitare
Diusternas - Guitar
Ksaos - Drums

Bassiste de studio : Chris Donaldson (Cryptopsy-Mythosis)
Bassiste de session live : Leather King


Les chansons :

1 - Enlightenment
2 - Ascetic
3 - Condemned To Desolation
4 - Bewildering Nightmare
5 - Metaphysic Countenance
6 - The Ritual Of Internicion
7 - Verdict Of The Soul
8 - Saunter To Extinction
9 - Cataclysmic Tides
10 - Metempsychosis


Erimha est un groupe de la région de Montréal, le groupe officie dans un registre très « symphonic black metal », fort d'un premier album nommé « Irkalla » et qui était fort bien réussi, ce qui leurs a permis de se faire remarquer par les amateurs du genre, mais aussi par « Victory Records » qui en 2013 sortira leur nouvelle offrande qu'est « Reign Through Immortality » voyons maintenant ce que ce dernier effort nous offre !!!

Le tout débute par l'intro « Enlightenment », assez cinématographique, nous laisse présagé une histoire fantastique, puis débute « Ascetic », une entrée assez directe qui trace la ligne directrice que suivra l'album, très symphonique par son approche avec les claviers, mais aussi par la rapidité de la batterie, un mélange très homogène, voix très théâtrale, mais hyper efficace, c'est suivi aussitôt par « Condemned To Desolation » qui est la suite logique de la première chanson, l'osmose entre les coeurs, le clavier et la noirceur du « black metal » est superbe, on se croirait dans un conte cinématographique, les guitares sont assez rythmées et efficace, « Bewildering Nightmare » les coeurs toujours omni présent, le clavier donne toujours l'impression de se promener dans une histoire fantastique, mais ou cette fois l'action est plus grande, en effet, le rythme as monté d'un cran, nettement plus « heavy et sombre " mais tout en gardant son coté symphonique, « Metaphysic Countenance » as un coté plus mélodieux sans perdre sont coté noir du « black metal », malgré sa mélodie, le groupe a su gardé une certaine agressivité sur la pièce, « The Ritual Of Internicion » est plus direct, plus rentre-dedans comme on dit, très rapide, mais a certain moment sait donner un répit a l'auditeur, mais attention quand je dis répit, je ne dis pas de la pop, non vers la fin la chanson deviens plus mélodique, mais ne perd jamais sont coté sombre et « heavy », « Verdict Of The Soul », dans cette dernière on peut y entendre aisément la mélodie de la guitare et une narration fort bien faite. « Saunter To Extinction » débute tel un film du « Roi Scorpions » ou de cette époque, qui part dans une conquête dans le désert, complètement instrumental et fort bien fait, a voir dans une future bande cinématographique de films, car elle s'y porte bien, « Cataclysmic Tides » viens ensuite replacer le tout, rythme effréné et très rapide, très bonne guitare et la batterie très efficace, probablement ma préférée de l’album sans dénigré la qualité des autres pièces, « Metempsychosis » viens clore l'album, plus progressive par sa durée, en effet elle est la plus longue de l'album, tout près de 10 minutes, dans cette dernière il y a un condensé complet de tout ce que l'album est en général, un moment ce sont les orchestrations qui prenne le dessus, as un autre, les guitares nous donnent un rythme très heavy et soutenu, la voix est magnifique pour du « black metal », même as un moment de la pièce, une voix claire apparait, une pièce longue, mais fort bien réussie.


Reign Through Immortality est un album fort réussi et as la particularité, qu'on ne connaisse ni l'anglais ou déchiffré les voix « black » de nous emmener dans une histoire, moi même je me suis fait prendre, car tout au long de l'écoute de l'album, je visualisais une action dans des lieux comme le désert du Sahara ou voire même une quête fantastique du Roi Scorpions ou toute autres histoire du genre, car effectivement les orchestrations sont très bien faites, les coeurs placer au bon endroit, la construction des pièces font en sorte de nous emmener dans cette histoire, coté voix, c'est très bien fait, à la fois criard et sombre, le chanteur maitrise bien son organe sur cet album, naturellement, l'orchestration et la batterie sont prédominante sur cet album, mais ne faut rien enlever aux guitares qui font un travail énorme, à la fois « heavy » et rapide et tantôt mélodieux, les orchestrations sont faites par Fred Malizia et par Jonathan Lefrancois-Leduc (ex-Blackguard), le tout enregistré par Chris Donaldson (Cryptopsy-Mythosis), un album fort réussi qui mérite d'être entendu et d'être souligné, merci a Leather King (bassiste live et chanteur de Dark Century) pour les précisions supplémentaires a mon compte rendu.

Ma Note 8.5/10


https://www.reverbnation.com/erimha

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Burning the Oppressor - Verbal Aggressor (2013)

French Version Only !!!!

Critique CD

Burning the Oppressor - Verbal Aggressor (2013)

Le Groupe :

JeanFeu : Vocals
JF Roy : Lead Guitars
Sam Venne : Drums
Gab : Bass

Les Chansons :

1 - The Aggression
2 - Pissed Off
3 - Verbal Aggressor
4 - Qc Militia (feat. Olishit de Citizen Vicious)
5 - You Can't Hide
6 - The Puppeteers Audience (feat. JM de Mass Murder Messiah)
7 - Mute
8 - Sans Pitié (feat. Oscar de Anonymus)
9 - Always the Same
10 - Built Like a Tank (feat. Petrick de Reanimator)
11 - It's all Lost
12 - Shoot-Reload-Repeat

Après un très bon album nommé « The Ignition », Burning the opressor nous reviens cette fois avec son nouveau rejeton qu'est « Verbal Aggression », le groupe officie dans un registre « core » et je dirai dans tous les sens du mot que sa sois du « trash au death qu'au metalcore » du moment que le mot « core » y figure, mais après un excellent premier album, quoi s'attendre de ce deuxième, ce est-ce que nous allons voire a l'instant.

Le tout débute avec " The Aggression " entrée calme et classique, mais qui prépare l'auditeur a ce que s'en viens, " Pissed Off " interpelle automatiquement et laisse présager une destruction total de " riff ", pas de repos pour le " fan " guerrier, rythme assez rapide, excellent groove, bonne mélodie du coté guitare, " Verbal Aggressor ", plus mélodieuse mais sans enlever le coté agressif et rythmé de la pièce, viens ensuite " Qc Militia " avec en " guest ", Olishit de Citizen Vicious, plus " groovy " que les précédentes, mais sans y enlever rien, solo mélodieux, la voix hargneuse omni présente, un bon duo de voix, " You Can't Hide " et totalement déjanté et ultra agressive, jusqu’à maintenant je n'ai pas eu le temps de respirer tellement l'album déménage pour prendre ce terme, rythme ultra rapide, mais le coté harmonieux de la guitare donne des mélodie qui se mélange tres bien au coté agressif de la pièce, " The Puppeteers Audience " as aussi un " guest " de choix en JM de Mass Murder Messiah, nettement plus agressive mais moins rythmé que les précédentes, ce qui donne un semblant de pause a l'auditeur, " Mute " ressemble énormément as du " Lamb of God " mais survitaminé, très bon " groove " au relent " Trash ", " Sans Pitié " est chanté en français et as aussi un invitée de choix en la personne de Oscar du groupe Anonymus, tres bonne chanson rapide et furieuse, un rythme soutenue et accrocheur, " Always the Same " est définitivement très " Thrash " a mon avis est totalement dans un esprit du vieux " trash " des années 80 mais avec une grosse production d'aujourd'hui et une voix " core " fort agréable a l'écoute, " Built Like a Tank " suis l'esprit de la précédente mais avec une agressivité et une rage qui lui donne une excellente saveur, " It's a Lost " est plus technique a mon avis, aucun répit jusqu’à maintenant, rythme soutenue et voix en cœur, l'album se termine avec " Shoot-Reload-Repeat " toujours dans la même veine, " riff " ultra rapide et soutenue, on retrouve toujours cette excellent " groove " qui accompagne cette tuerie musical.

Que dire de ce nouvel album, mission réussie, très agressif, mais à la fois remplie d'harmonie du coté de la guitare, JeanFeu a la voix est complètement en feu, sa voix ressort magnifiquement bien et très agressive, coté production, c'est dû lourd, très bien faire et je crois que toutes ces pièces ont un fort potentiel sur scène, la pochette est superbe, l'album est auto produit par le groupe lui-même, plusieurs invités sur l'album, je crois qu'avec cet album, Burning the Opressor a fortement passé a un niveau supérieur, comme je l’ai dit précédemment, cet album est une tuerie, très agressive à souhait, très bon arrangement. Québec-Métal vous le recommande fortement, et cet album est en lisse dans mon palmarès du top 3 des albums de l'année 2013.

** a noté que des back vocal supplémentaire ont été fait sur Verbal Aggressor - You Can't Hide et It's all Lost par Marc Légaré de La Corriveau et Dave Rouleau de Ondes Chocs mais aussi du fan numéro 1 du groupe Fred Ranville. **

Ma Note : 9/10


https://www.facebook.com/burningtheoppressor

Alain Labonté (Québec-Métal)

Cd Critics : Forbidden Sin - Call to Arms (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Forbidden Sin - Call to Arms (2013)

Le Groupe :

Jeff Boisvert - Voix
JD Bolduc - Bass
Vince Isabel - Guitare
Yannick Fortin - Guitare
Patrick Young - Batterie

Les chansons :

1 - Man Down
2 - Evil Begets Evil
3 - Another Dying Breed
4 - Global Warning
5 - Civilian Casualties
6 - Under the Influence
7 - Take no Prisoners
8 - Kill the Witness
9 - Waiting for the Drip

Forbidden Sin est un groupe de la grande région Montréalaise et officie dans un registre « Thrash », mais, avec des influences allant tout aussi bien du coté « melodic death » que « heavy », après avoir sortie un « e.p » en 2010 et avoir participé a plusieurs compilations métal, le groupe nous arrive aujourd'hui avec un nouvel opus contenant 9 chansons, une pochette fort bien faite et assez directe par son message, vous pourrez le constater par vous même, maintenant passons en revue le contenue du disque.

L’album débute avec « Man Down », une belle entrée avec la batterie, un rythme assez militaire, un bon rythme, pas trop rapide ni trop lent, viens ensuite « Evil Begets Evil » le rythme augmente, une bonne chanson a « headbanger », définitivement plus « thrash », « Another Dying Breed » débute vraiment lente pour ensuite partir vers un rythme totalement et nettement « thrash » pour revenir en mélodie et aussitôt repartir sur un bon rythme « heavy », « Global Warning » départ lent, mais un coup la chanson démarrer un bon groove en ressort, un très bon solo, « Civilian Casualties » est probablement ma préférée de l'album sois par sa vitesse et son rythme assez « thrash » sois au niveau de la batterie ou bien du rythme des guitares et la voix ressort superbement, viens ensuite « Under the Influence » très bonne chanson avec de bons « breaks » légèrement plus lourds comparer aux précédentes chansons, « Take no Prisoners » quand a elle assez rapide, le rythme passe très bien et en concert c’est la folie dans la fosse garantie, « Kill the Witness » ressemble un peut a la précédente, mais avec un petit « groove » qui n'est pas désagréable, la dernière chanson de l'album est « Waiting for the Drip » lorgnant plus du coté du « heavy métal » avec un son ressemblant beaucoup a du « Motorhead », mais en version « heavy thrash » la batterie omniprésente a certain moment et de bonne mélodie du coté des guitares.

Forbidden Sin pour un premier album a bien fait, le seul reproche je pourrai y faire est sa lenteur a décollé avec les premières chansons, pour être plus précis, le groupe aurait intérêt à partir des chansons plus directes et moins d'intro lente, car ils ont en main de solides compositions, mais plus l'album avance et plus le rythme se défini et le groupe prend sa place. Le groupe a un fort potentiel avec cet album et je crois que l'expérience d'un premier album, leur donnera des outils pour le prochain, ce que j’aime de cet album au niveau du son est sa production claire qui fait ressortir le bon vieux son « heavy thrash » du passé, une belle pochette, un livret incluant les paroles et photos, au niveau du contenue des chansons, coté parole, c'est très politique, mais aussi des réalités de la vie qu'on refuse des fois de voire ou d'entendre, prenez le temps de lire les paroles sa vaut la peine, c’est un album que je recommande a tout amateur de « thrash », mais aussi de métal en général, Forbidden Sin va prendre de l'expérience avec cet album, pour un premier pas, c'est bien fait.

Ma Note : 7/10


http://www.reverbnation.com/forbiddensin

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Rusted - Rock Patrol (2013)

French Version Only !!!!

Critique CD

Rusted - Rock Patrol (2013)

Le Groupe :

Anthony M.Larouche (Tony Rust) - Voix
Tom Daigle (Tommy D. Eagle) - Guitare
Bruno The French Guy (ManiaK) - Guitare
Marc-André Chartier (MaRkXxX Chartier ) - Basse
Daniel Ishac (D.Izzy) - Batterie

Les Chansons :

1 - Rock Patrol
2 - Just a Dream
3 - Wanted Man Boogie
4 - Last Stand
5 - Scream in the Night
6 - Too Much is Never Enough
7 - Tsunami
8 - Two at a Time
9 - Partner's in Crime
10 - So Far So Strong
11 - Devil in a Dress
12 - True Eyes of Love
13 - Young, Wild and Free

L'origine du « Glam Metal » remonte au début des années 80, plus précisément de la cote Ouest américain, un style fort populaire en cette période, voire même le style a la mode, un perpétuel combat entre metalleux purs et dur et ceux du « Glam " mais peut a peut ce style a perdu ces lettres de noblesse au début des années 90 avec l'arrivée du « Grunge », aujourd'hui en 2013, le style refait surface, certain groupe du passé ce reforme, en Europe le style est de plus en plus populaire grâce a des groupes comme Blackrain - Crucified Barbara et Crashdiet pour ne nommer que ceux-là, mais qu'en est-il du Québec?

Au Québec, le style recommence à faire surface grâce à des groupes comme Sleazy Way Out - The Bombs - Freightrain - Snakskyn Whiskey mais surtout Rusted, le groupe est originaire de la région montréalaise et existe depuis 2008, depuis leur existence, le groupe a multiplié les concerts et ont sorti un e.p en 2010 dont le titre est « Hit By », le groupe depuis ce temps as eu la chance d'ouvrir pour des groupes comme L.A. Guns et Steel Panther ce qui n'est pas rien, aujourd'hui, Rusted nous reviens avec un album contenant 12 chansons, dont le titre est « Rock Patrol », voyons ce que l'album renferme.

L'album débute justement par la chanson tite de l'album " Rock Patrol " très radio mainstream et classique de ce que le " glam " ce doit d'etre, bien ficelé avec des coeurs accompagnant la voix principal, un bon rythme du coté des guitare, mais bien sur le coté très mélodique a la fois de ce style, une bonne entrée en matiere, " Just a Dream " est plus mélodieuse par son approche, titre classique qu'on pourrai voire dans un style comme " Warrant " mélanger a du " Scorpions " coté des guitares, un très bon titre, " Wanted Man Boogie " est très " rock n roll " et entrainante vraiment dans la trempe d'un " L.A. Guns " justement, les guitares tres présente, beau solo, viens ensuite " Last Stand ", qui elle débute en accoustique, très mièleuse dans son approche, mais le groupe a su garder quand même un tres bon groove dans la chanson, " Scream in the Night " reviens la ou l'album a débute rythme plus soutenue et très " Rock n Roll ", " Too Much is Never Enough " est quand a elle très festive et est la continuité du contenue de l'abum, un style plus " Poison " mais tout en gardant le groove plus heavy, " Tsunami " débute avec la batterie et la basse qui nous rentre dans le rythme, tout en gardant le coté " glam " elle démontre un coté plus lent et lourd, voire plus métal mais tout en gardant ce coté mélodieux, " Two at the time " reviens vite sur les chapeau de roue, attention amateur des " Guns 'n Roses " et consort, cette chanson est pour vous, mais avec en plus des parole qu'on as le goût de se mettre en tête et chanté en coeur, " Partner's in Crime " reste dans le même créneau, très "rock n Roll, " So Far So Strong " une chanson qui fera son effet auprès de la gente féminine, mais une guitare très " Rock n Roll " et inclunant des coeur féminin, " Devil in a Dress " est plus rentre dedans, une bonne chanson pour headbanger, plus heavy et un solo merveilleux, un bon coté " bluesy " dans cette derniere, " True Eyes of Love " est pour tout groupe de " glam " qui se respect, la ballade qui fera chaviré les coeur de ces dames, faire allumer les cellulaire et briquets, bien fait, romantique a souhait et pour clore l'album, viens " Young, Wild and Free " une chanson justement bien faite pour fermer cette album, un condensé de tout, mélodie, rythme et " Rock n Roll "

On as le droit d'aimer ou pas ce style, mais force est de constaté qu'il reviens en force et que Rusted en fait partie, c'est un album bien bâti, les guitares sont omni présente et les solo magnifique, c'est un album taillé pour la scène, si vous ne les avez jamais vus en concert, alors allez-y et vous comprendrez, la voix du chanteur est magnifique et se prête à merveille a ce style, Rusted est un groupe sérieux qui nous démontre par cet album, qu'ils ont le gout de faire la fête, 13 chansons très bien composées, un belle » artwork « et un livret contenant photos centrales, mais aussi les paroles des chansons, si vous ne connaisser pas encore Rusted, il n’est pas trop tard.

Ma Note : 8/10


http://rusted.believeband.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Branded by Pain - Among the Mad (2013)

French Version Only !!!!

Critique CD

Branded by Pain - Among the Mad (2013)

Le Groupe :

Alex Soucy - Voix & Bass
Martin Houle - Guitare
Martin Lamer - Batterie

Les Chansons :

1 - Intro
2 - Choke
3 - Lady of Fire
4 - You Deserve to Die
5 - Trapped
6 - Feel my Strength
7 - Get me Out
8 - Phantom
9 - Hypocrite
10 - Zombie
11 - Voices
12 - War
13 - Torture

Ayant eu la chance de découvrir le groupe pour la première fois qu'en début 2012, j'apprends que ce groupe viens de plus loin encore, en effet le groupe a vu le jour en 2008 suites a la fin du groupe « Neurotic Disorder » ayant fait plusieurs concerts pour démontrer leur talent et faire leur place sur la scène du métal québécois, mais c'est maintenant en 2013 que le groupe nous offre son premier effort, mais quand est-il exactement du contenue de ce nouveau disque.

entrée lente en matiere avec un intro, " Choke " va nous démontré aussitôt que l'intro ne voulais pas dire musique d'ascenceur, en effet rythme très rapide espacé de break plus mélodieux, " Lady of Fire " débute en sourdine et ma première impression a l'écoute du titre " Voivod " et ici je ne parle d'influence et c'est hyper agréable a l'écoute, la guitare, tout y est, la voix très criarde de Alex Soucy, la chanson a une certaine lenteur, mais en meme temps elle dégage un coté très lourde et " heavy ", " You Deserve to Die " débute elle aussi en lourdeur mais ne perd pas trop de temps a partir avec une excellent rythme soutenue, mais suivant l'avancement de la chanson, le rythme deviens tres décousu et légèrement technique, " Trapped " est très old school coté style et me rappel un peut le punk des année 80 avec un bon mélange du coté métal, " Feel my Strenght " me rammene encore a l'influence Voivod, tres atmosphérique et rapide, j'aime beaucoup ce dernier titre, " Get me Out " as un coté plus doom dans son début, mais reviens vite replacer les fait, rapide, direct et heavy, " Phantom " est nettement plus lourde et très lente, pout l'amateur de ce style c'est la trance assuré, mais ne vous endormer pas trop vite car elle viendra vous reveiller vers la fin, " Hypocrite " vas faire bouger la fausse a coup sur en concert, la basse est omni présente a certain endroit ce qui confère un bon coté " groovy " a la pièce, " Zombie " est completement différente, plus commercial a mon avis, pourquoi pas un single ou une chanson faite pour un vidéoclip, heavy, direct et sans compris, même a son écoute on as le gout d'headbanger, la batterie est très technique et rapide selon mon écoute, a conseiller, " Voices " débute en accoustique et mélodieuse, mais reviens vite au style de prédilection du groupe, c'est a dire direct et sans compromis, extrement rapide, je dirais même a la limite " speed metal, " War " est selon moi la chanson la plus technique dans tout les sens du terme, a la fois rapide et mélodieuse, " Torture " viens clore cette album, tres bonne chanson encore construite pour faire des ravage en concert.

Finalement, après l'écoute, je ne peux pas mettre un style au groupe, tellement elle est variée, qu'on pense a l'influence Voivod dans certaines chansons, au coté punk des autres, une chose est sure, les chansons de Branded by Pain on un coté sale et « heavy » à souhait, l'auditeur ne pourra pas resté indifférent, c'est du métal lourd et direct et dans le son on voit nettement le son des années 80, ce qui lui confère son authenticité, très belles « artwork » signées Branded by Pain et Jessica Simard, toutes les chansons sont de Branded by Pain a l'exception de « War » et « Phantom » qui a l'origine ont été composés a l'origine par JF Cuillrier et Martin Lamer mais le groupe les as réarranger a leurs façons, masterisée par Pierre Rémillard et comme le groupe le dit lui même, c'est juste du pur "Heavy Metal », très bon album dans son ensemble.

Ma Note : 7.5/10


http://www.reverbnation.com/brandedbypain

Alain Labonte (Québec-Métal)

WarCall - Blood, Guts and Dirt (2013)

French Version Only !!!!
 

Critique CD

WarCall - Blood, Guts and Dirt (2013)

Le Groupe :

Mat - batterie
Gord - Bass
Yann - Guitare
J-C - Guitare

Les Chansons :

1 - Wrath of God
2 - Faces of Death
3 - War Against War
4 - Hanging by a Thread
5 - Bullet in my Hand
6 - Cannon Fodder
7 - Open Scar
8 - Black Grudge
9 - Field of Desolation
10 - Motordeath

WarCall existe depuis maintenant 6 ans, en fait le groupe a vu le jour en 2007, fort d'un album nommé « Demonarchy » sortie il y a déjà 4 ans de ça, la aujourd'hui WarCall nous reviens enfin avec un nouvel opus « Blood, Guts and Dirt », suite a des problèmes de personnel et des tournées sans arrêt qui est partie du a cette longue attente, mais est-ce que cette attente en as valu la peine? C’est ce que nous allons voir à l'instant.

L'album débute " Wrath of God " la chanson débute par une intro sur un ton de guerre et après quelque secondes le rythme déferle vers un métal rapide a la limite " thrash " une chanson direct et sans compromis, très bon solo accompagnant le tout, viens ensuite " Faces of Death " entrée très mélodieuse mais restant " heavy " avec un bon coté " groovy " du coté de la basse et de la batterie, elle est très accrocheuse a cause du rythme, une très bonne harmonie qui me fait pensée que cette chanson pourrai bien etre le " single " de l'album, " War Against War " est plus heavy due a la voix plus " death " et sombre, le rythme de la batterie est nettement plus rapide et la chanson demeure " heavy " a souhait, j'oserai même dire qu'il y as un petit coté Hammerfall dans le son, mais en plus " heavy ", " Hanging by a Thread " est nettement mid tempo et son rythme est purement du " thrash ", il y as toujours ce petit coté mélodieux des guitares, une autres pièce forte de cette album, " Bullet in my Hand " a un excellent rythme, du pur métal, rythme rapide et soutenue et soudainement elle va vers un coté plus mélodieux, solo majestueux, très bonne composition, " Cannon Fodder " est vraiment a regarder du coté de Iron Maiden coté influence, le groupe a su garder son style tout en y incorporant cette influence qui met un plus a la chanson, tantôt rapide, tantôt plus lente, mais efficace, c'est la chanson par contre la plus courte de l'album, " Open Scar " as un coté plus progressive, pas due a sa longueur mais plutôt a son coté mélodieux, viens ensuite " Black Grudge " que dire de cette dernière a part " metal power " naturellement je ne peut pas rester objectif sur cet derniere, car la connaissant déjà depuis presque un an, elle demeure ma favorite, mais sans dénigré les autres que je découvre maintenant, un bon coté " heavy metal " et solide, une chanson parfaite pour le live qui fait son effet immédiat, " Field of Desolation " débute tel une ballade, guitare mélodieuse et rythme plus lent, sans en être une elle garde quand même cette effet, agréable a l'écoute, " Motordeath " ferme l'album, plus rapide et direct, solo soutenue, une bonne pièce pour terminer l'album.

Blood, Guts and Dirt est un excellent album dans son ensemble, donner un style a cet album est très compliqué, car les influences et style son nombreux, mais sans pour autant perdre sa touche qui est le sien, coté instrument, les guitares sont solide et les solos d'une très bonne qualité, la batterie et la basse ont été bien placé, ce qui crée une osmose dans l’ensemble, du coté de la voix, elle est plus en retrait, mais due au fait qu'elle soit plus sombre s'imbrique bien dans le tout, un album fort réussi, des compositions solides qui sauront faire leur preuve en mode concert, alors l'attente a valu la peine.

Ma Note : 8/10


https://www.facebook.com/warcallband

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Mass Murder Messiah - The Rise of Evil (e.p) (2013)

French Version Only !!!!

Critique CD

Mass Murder Messiah - The Rise Of Evil (e.p) (2013)

Le groupe :

Jean-Michel Vallières : Voix
Fred Bizier : Basse
Vince D. Bourassa : Guitare & Voix
Jeff Fortin : Guitare & Voix
Samir Samman : Batterie

Les Chansons :

1 - The Rise of Evil
2 - The Scheme (Curtain Call)
3 - The Scheme (America's Blood)
4 - To the Bone
5 - Non!

MIII, est l'album sorti en 2012, un album qui n'était pas passé inaperçu tellement les compositions étaient solides, Mass Murder nous reviens en 2013 avec ce e.p de 5 titres nommé « The Rise of Evil », ont-il pu relever le défi de faire encore mieux cette fois-ci, regardons chaque chanson.

L'album commence avec la chanson titre « The Rise of Evil », le tout débute avec des extraits de l'ancien président Bush, ce qui laisse présager un album totalement politisé, on reconnaît assez vite le rythme préconisé par Mass Murder Messiah, un rythme très soutenu, les « back vocal » accompagne à merveille la voix totalement « core », des « sample » ici et la du président Bush mette une atmosphère a cette chanson et nous guide vers l'histoire que ce e.p raconte, chanson très puissante, une batterie très solide et pesante, Edith Piaf viens clore le tout, viens ensuite la première des deux chansons nommées « The Scheme (Curtain Call) » les guitares au son strident, mais mélodique, le rythme suis son cours et est très entrainant, impossible de resté indifférent au « beat » qui fait la marque de commerce de Mass Murder Messiah, il y a toujours des « sample » de discours politique au beau milieu de la chanson, bien placer et aide a l'atmosphère de ladite chanson, « heavy » a souhaite, mais tout en gardant quand même une certaine mélodie, viens ensuite l'autre version portant le même nom « The Scheme (America's Blood) », elle est la continuité de la précédente et garde la même voix, très agréable a l'écoute, les guitares sont toujours aussi rythmé, « To the Bone » arrive en sourdine, et part aussitôt sans compromis, du lourd, probablement la plus « heavy » de l'album, on sent la rage sur cette dernière, Mass Murder Messiah non reviens encore avec une chanson chantée en français avec « Non! », tout aussi puissante et direct, dans la même lignée que la chanson « AC7AC » qui était sur le précédant album.

La question est, est-ce que le groupe pourrait faire mieux que l'album précédant, la réponse est tout simplement oui, sur ce e.p, Jeff Fortin qui as produit, enregistrée et mixé le tout à fait un travail de titan, une production nettement plus lourde et puissante, la voix de Jean-Michel Vallières est nettement amélioré sur ce dernier opus, une batterie plus lourde et on sent très bien la basse qui complète bien la batterie, coté guitare, tout simplement merveilleuse, une belle osmose des deux guitaristes, des compositions solides, un album totalement conçu pour le « live », ce e.p devrait voir le jour, le premier avril 2013 en téléchargement gratuit via le site internet du groupe.

Ma Note : 8.5/10


http://www.massmurdermessiah.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Reanimator - Great Balls (e.p) (2013)

French Version Only !!!

Critique Cd

Reanimator - Great Balls (e.p) (2013)

Le Groupe :

Patrick Martin - Voix
Ludovic Bastien - Guitare
Francis Labelle - Batterie
Fred Bizier - Basse
Joel Racine - Guitare

Les chansons:

1 - Back in the Pit
2 - Beyond that Burning Mask
3 - Peacful Eradication
4 - Contradicted by Reality
5 - Great Balls of Fire (Jerry Lee Lewis cover)

Reanimator et purement et directement dans un registre « Thrash Metal » âpres un e.p nommé « Thrashin' the Neighborhood » et d'un album « Ignorance Is No Excuse » Reanimator nous reviens avec un e.p de 5 chansons intitulé « Great Balls », mais que cache cette offrande, nous allons voir chanson par chanson.

« Back in the Pit » débute lentement avec les guitares en mélodie et tranquillement déboule vers du pur « thrash » vraiment le style old school qui as fait ces preuves dans les années 80 dans la bay de San Francisco, cette chanson as un rythme vraiment soutenu, plusieurs « breaks » qui caractérise ce que le « thrash est vraiment, les solos sont magnifique, même pendant son écoute je n'ai plus m'empêcher de légèrement » headbanger ", viens ensuite » Beyond that Burning Mask « qui début avec la basse en sourdine, du déjà vu, mais dans le style joué fait son effet automatiquement, pour ensuite partir dans un rythme soutenu avec en prime des back vocaux qui viennent mettre une atmosphère agréable et qui en live pourrais forcer l'auditeur a chanté les coeurs avec le groupe, » Peaceful Eradication « est nettement plus rapide et soutenue, encore une chanson a » headbanger « avec un superbe solo de guitare, viens ensuite » Contradicted by Reality « entrée en matière plus sombre comme si on écouterai un film d'horreur, le rythme de cette dernière est différent au début, plus mélodique, mais ne vous laisser pas prendre, la chanson pars sur les chapeaux de roue, vraiment puissante et directe, des solos a l'emporte pièces, mais tout en étant rapide, la chanson garde quand même ce petit coté mélodieux, vraiment très bonne, la dernière piste de l'album est complètement surprenante, en effet le groupe reprend un classique de Jerry Lee Lewis » Great Balls of Fire « pas déplaisant a son écoute, ils ont su garder le style du temps dans la chanson tout en restant moderne.

Dans son ensemble ce e.p est un petit chef d'oeuvre de » Thrash Metal « la voix est magnifique et va à merveille au style, plusieurs influences sont ressenties, pour n'en citer quelqu'un comme Forbidden voire même le vieux Megadeth ou Metallica, voire même a certain moment, je crois, sentir au niveau de la basse, du Annihilator, l'album est moderne, mais tout en gardant l'esprit du vrai » thrash « une pochette sublime et très colorée, la seule chose que je peux déploré et qui n'est pas négatif, l'album est trop court, il me semble que j'en aurai écouter 5 de plus tellement c'est bien fait et jouer par le groupe, Reanimator maitrise ce style à merveille.

Ma Note 8.5/10


https://www.facebook.com/reanimatormtl

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Eternal Judgment - Fatal Virus (e.p) (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique Cd

Eternal Judgment - Fatal Virus (e.p) (2013)

Les Membres :

Remy Redneck Roy : Guitare & Vocal
Simon Roots : Guitare & Backing Vocal
Matt Sixx LeVon : Basse & Backing Vocal
Cedric Pelletier : Batterie


Les Chansons :

1 - Fatal Virus
2 - PowerDrive
3 - War Planet...Prisoners of Hell
4 - Kill to Survive
5 - By My Own
6 - Julz Song (chanson cachée)

Eternal Judgment est un groupe originaire de la Rive-Sud de Montréal, officiant dans un registre « Old School Thrash Metal », le groupe existe depuis 2008, la particularité de ce mini-album est qu'il a été enregistré dans un sous-sol a Saint-Jean Baptiste avec les moyens du bord, regardons ce e.p une par une.

L'album débute par la chanson « Fatal Virus » courte intro ainsi qu'un son me rappelant aussitôt le vieux style d'Anthrax des années 80's, mais avec un « Thrash Metal » a la Forbidden, bons jeux des guitares qui alterne rythmique « Thrash » et « Heavy Metal », vraiment très bien ficelé, la double pédale ainsi que la basse fait son oeuvre de lourdeur, mais en même temps très rythmé, viens ensuite « Power Drive » un début très « bluesy », mais tout en gardant le coté « Heavy Thrash », la rythmique « Thrash » est très présente, une bonne chanson a « Headbanger » elle représente vraiment la touche « Old School » que le vrai « Die Hard » aimera à coup sûr, « War Planet...Prisoners of Hell » constitue la troisième piste, une intro rapide style militarisé, entrée lente me rappelant un peut le style "Thrash » a la Voivod, mais revenant aussitôt au style d'origine que le groupe affectionne, un petit coté « groove » qui n'est pas désagréable a l'écoute, les guitares sont plus présente et harmonieuse, de bons « breaks » font en sorte de changer le tempo en plus rythmé a l'occasion, le solo très bien fait, « Kill to Survive » est as un coté a mon avis plus « speed thrash metal » totalement la plus rythmée jusqu'a maintenant, voix hautement perchée, la guitare s'envole vers solo très agréable a écouté, mais aussi a imité en « air guitar », « By my Own » est la dernière piste a proprement dit de ce mini-album, plus lente et mélodique, une voix de circonstance qui parle au début, mais le groupe enlève très rapidement de coté mélodique du départ pour revenir a ce que l'ensemble de l'album est, du "thrash metal ».

Au total c'est 5 pistes sont très bien ficelé malgré le budget restreint du groupe, la production as été très bien faite, la voix est sublime pour ce style qui je rappel est très "old School », mais purement « Thrash », les guitares s'accompagnent très bien et pour un premier e.p c'est mission accomplie, il y a du talent dans ce groupe, pour ce qui est de la chanson cachée, « Julz Song » elle est très « bluesy » et « groove metal » ce qui diffère du reste de l'album, mais qui n'est pas désagréable a l'écoute, le publique se fera sa propre idée, mais moi j'ai apprécié cette écoute, et l'avenir peut être très prometteur, on sent la passion envers le groupe, il reste encore du travail a faire, mais ils sont sur la bonne voix.

Ma Note 8/10


https://www.facebook.com/eternaljudgmentmetal

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Ogenix - Ogenix (2013)

French Version Only !!!!

Critique Cd

Ogenix - Ogenix (2013)

Le Groupe :

Dave Hazel - Guitare
Set Landerich - Guitare
Gabriel Duceppe - Voix & Synthé modulaire
Jérémie Martin - Basse
Salin Gas - Batterie

Les Chansons :

1 - Intro
2 - Fire
3 - Decay
4 - Rouge
5 - MKT
6 - Inquisition
7 - Cult
8 - The End

Ogenix officie dans un registre lorgnant fortement vers le métal industriel, mais il y a un coté original qui leurs permet de se démarqué légèrement des autres, au lieu d'être un simple clone de Rammstein, le groupe y ajoute des éléments Alternative, mais aussi « Thrash » voir « Death » a certain endroit à cause de la voix, mais aussi de certain « riff », voyons piste par piste a quoi ressemble cet album.

L'album débute avec une intro justement nommée « Intro », introduction 100% techno pour ensuite se dirigé vers « Fire » qui a mon avis est l'hymne du groupe, vraiment très industriel et commercial à souhait, vraiment une piste alliant puissance, rythme et vraiment dans le style proprement dit du métal industriel, l'amateur n'aura aucune difficulté a retenir et chanter à souhait cette chanson, viens ensuite « Decay » introduction encore techno, cette dernière est plus « heavy » à cause de la voix, mais une piste qu'un Rammstein n'aurait pas de misère a inclure dans sa discographie, les guitares sont plus pesante sur cette dernière, viens ensuite « Rouge » toujours dans la même lignée très industrielle, très rythmée, on la sent plus rapide, mais garde quand même un rythme a danser, « MKT » as vraiment le petit coté « thrash » et rapide dont je parlais dans mon introduction sans pour autant perdre son coté industrielle, pour moi c'est ma favorite de l'album, une chanson dont l'amateur n'aura pas de misère a « headbanger », « Inquisition » est courte, 1 min 32 s, complètement fait par les « Synthés modulaires » un genre d'interlude avant la déferlante de rythme qu'est « Cult » rapide et direct avec des ambiances faites au synthétiseur, encore un bon rythme fortement soutenu des guitares qui mette une lourdeur a la chanson, l'album se termine avec « The End » probablement que mes mots vont surprendre certain, mais elle me fait pensée a du Pantera version industrielle, un bon mélange entre « thrash », « metalcore » et alternatif.

Dans l'ensemble, l'album est bien foutu, une très bonne production, le rythme est souvent présent ce qui ne laisse pas l'auditeur trop calme et plus l'album avance, plus les rythmes sont plus lourd et « heavy » sans perdre leurs styles de départ qu'est le métal industriel, ayant eu la chance de les voir a maintes reprises en concert, le groupe sait ou il va et maitrise à souhait son style en y apportant sa propre touche, l'album viens en format « digipak » incluant un petit papier parchemin a l'intérieur, de très belles photos que sa soit a l'intérieur qu'a l'extérieur, un produit fort bien conçu.

Ma Note 8/10


http://ogenix.bandcamp.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : BornBroken - The Healing Powers of Hate (2013)


 
French Version Only !!!!
 
Critique CD

BornBroken - The Healing Powers of Hate (2013)

Le Groupe :

Mike Decker - Guitare
Simon Savard - Guitare
Tommy Vaillancourt - Basse
Jonathan Ménard - Batterie
Jesus Salazar - Voix

Les Chansons :

1 - Can't Quiet the Riot
2 - Old News
3 - Anger of the Day
4 - I Will Rise
5 - Control
6 - It Has Begun
7 - Birth of the Broken
8 - Bleed the Sky
9 - Reborn from the Ashes
10 - The Healing Powers of Hate

BornBroken officie dans un registre « Thrash », mais avec une bonne base « Core » pour ce qui est de la voix, depuis environ 2 ans, BornBroken tourne un peut partout au Québec, nommée, découverte de l'année en 2012 par Québec-Métal, mais aussi deuxième meilleur concert vu par votre interlocuteur en 2012, BornBroken a démontré sa force en live, mais qu'en est-il en support CD.

Je dois avouer être très surpris, un premier album pour le groupe, mais quel emballage, un format "digipak " mais tout comme, si c'était un emballage DVD, un livret d'environ 28 pages, contenant photo, parole et bande dessiné, un " sticker " a l’effigie du groupe y est aussi inclus, que s'attendre coté musique, c'est simple, c'est une bombe cet sortie la, dès le départ avec " Can't Quiet the Riot " le groupe affiche c'est couleur et attendez vous pas a du coton, c'est très lourd, beaucoup de break suivis d’agression direct et sans compromis, comme le vrai " Thrash " se doit d'être, " Old News " est encore plus direct et agressif, je ressent du Chimaira comme influence direct mais avec une touche coté guitare des années 80, " Anger of the Day " sonne très " old school thrash " mais avec un son très moderne, lourde et a la fois rapide, " I Will Rise " très rythmé, du pure " Thrash " mais avec la voix très " Core " a la limite voire " Deathcore " ce qui n'est pas désagréable, " Control " est un peut plus mélodieuse sans lui enlever son coté agressif et direct, " It Has Begun " débute avec une entrée parler, mais au retentissement des guitares, j'y vois aussitôt un style ressemblant a Sepultura voire même Soulfly, " heavy " et sombre mais tout en gardant c'est partie rapide, " Birth of the Broken " débute elle aussi avec une légère introduction, et la batterie et la basse fait son œuvre a l'ouverture, pour ensuite revenir a la source avec des guitare très mélodique mais direct, " Bleed the Sky " est probablement ma préféré de l'album, pas que les autres ne sois pas aussi fort et bonne, mais ayant vue le groupe a l’œuvre a maintes reprise en concert, c'est celle qui viens le plus me chercher, son coté rythmé et sans fioriture, toujours aussi rapide et son coté " Thrash " ressort énormément avec des guitares très forte lors des solos, " Reborn from the Ashes " est aussi forte que la précédente, c'est du pur " Thrashcore ", beaucoup de " riff " a la Pantera sur cet dernière, chanson très solide bâtis pour le live, " The Healing Powers of Hate " est la chanson titre de l'album, très direct et sans compris elle aussi, les " break " arrive au bon moment pour ensuite repartir de plus belle vers des horizon très " Heavy ".

BronBroken nous prouve avec cette sortie qui ne veut pas juste être un simple acteur de la scène métal au Québec, mais qu'il veut le rôle principal, les compositions sont très solide, la production est impeccable, la paire de guitaristes est très professionnel, l'emballage est sublime, voire même une pièce de collection pour toute « fans » qui se la procurerons, cet album est auto produit, mais gageons que suivant cette sortie le groupe n'aura pas as attendre longtemps pour ce déniché un contrat discographique, car ils sont faits pour aller loin, même très loin, leurs styles est un bon mélange entre « Thrash » et "Thrashcore » sans renié le coté "Heavy Metal » des années 80, un son très moderne, le talent est la et il se doit d'être reconnus, BornBroken est le groupe d'avenir au Québec, 10 titres a découvrir, même sur scène, car le groupe dispose d'une énergie très puissante hors du commun, sur ce premier album, le groupe as mis tout ces tripes, son argent et son professionnalisme et il se doit d'être reconnu, bravo, un album sublime qu'on ne se tanne pas d'écouter.

Ma Note 9/10
 
http://brokenmusic.ca/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Chariots of the Gods - Tides of War (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Chariots of the Gods - Tides of War (2013)

Le groupe :

Renaud Jobin - voix
Mathieu St-Amour - guitare & voix
Dimitri Gervais - guitare & voix
Rich O'Neil - batterie
Payam Doryani - basse & voix

Les Chansons :

1 - Overture (intro)
2 - Seventh Weapon
3 - Blind Assassin
4 - Ambrosian Wings
5 - Tides of War
6 - Revillusion (1905)
7 - Snow Falls on the White River (1914)
8 - Severing the Bloodline (1917)
9 - Collapse of an Empire
10 - Red Skies
11 - Nebula
12 - Starborn
13 - Unbound (feat. Aleksi Sihvonen)
14 - Annihilation of the Gods

Chariots of the Gods est un groupe originaire de l'Outaouais, mais aussi de la capital Canadienne qu'est Ottawa, le groupe officie dans un registre « Melodic Death Metal " mais aussi lorgnant vers le « Metalcore » due aux voix, le groupe existe depuis 2008, fort d'un mini-album en 2010 « Reverence » et c’est en 2013 que finalement sort leurs premiers albums complets contenant 14 titres, voyons ce que cet album renferme.

L'album débute avec un introduction simplement appelé " Overture " mélange de percussion et de rythme pseudo satanique, genre d'incantation accompagner de clavier mélodique, mais attention c'est un leure, " Seventh Weapon " demarre sur les chapeau de roue et c,est l'aggression directe assuré, mais heureusement fort d'une mélodie ressentie grace au guitare, comme je disais précédament, la voix lorgne fortement vers le " Metalcore " mais ce n'est pas désagréable du tout, un bon rythme soutenue, " Blind Assassin " est aussi direct, la mélodie des guitare est incroyable dans cet avalanche de rythme direct et sans compromis, " Ambrosian Wings " est selon moi plus power thrash, tres solide comme composition, un rythme a " headbanger " a coup sur, voire meme a une " pit " pour un photographe comme moi pourrai etre dangereux si je ne regarde pas en arriere, " Tides of War " est la chanson titre de l'album, plus mélodique et métal que les chanson précédante, avec une belle mélodie vocal incluant une bonne partie des membre du groupe, a certain moment je ressent une guitare qui sonne comme dans les années 80, mais avec apsect plus " thrash ", " Revillusion (1905) " débute tres mélodique avec guitare au son accoustique, tres interessant comme entrée en matiere car par la suite la chanson revien directement la ou il le faut, rythmique et aggression direct, " Snow Falls on the White River (1914) " est courte, que 1 minutes 38 secondes, ce qui calme le jeux en plein millieu de l'album pour aussitot enchainé avec " Severing the Bloodline (1917) " dans la meme ligné que les précédante chansons, le groupe n'entend pas a rire, " Collapse of an Empire " avec ces son plus grave, tres entrainante, rappide avec des mélodie a couper le souffle, " Red Skies " est définitivement emprunter au vieux style "heavy metal ", elle me fait pensée un peut a Trivium avec leurs chanson " Into the Fire " pour le style, " Nebula " un autre pieces rlanetissant le rythme de l'abum d'ou la basse pré-domine pour ensuite aussitot enchainé avec " Starborn " cette derniere ressemble plus a cause de ces rythmiques as du " metalcore " mais sans oublie d'y ajouter des guitare ultra mélodique, vraiment bonne comme piece, " Unbound " la particularité de cet derniere, c'est quel as un invité en la personne de Aleksi Sihvonen, qui si je m'abuse est le chanteur de Norther, ce qui n'est pas rien, et on le ressent dans la piece, plus " heavy " et plus " death " coté vocal, l'album se termine avec " Annihilation of the Gods " une chanson a mon avis de pur " metalcore ".

Dans l'ensemble, l'album est très bien fait, les compositions sont très solides et très rythmées, les guitaristes joue avec le manche d'une main de maitre et contrôle très bien les mélodies s'y rattachant, plusieurs de ces titres sont taillés sur mesure pour la scène, même la voix qui est très prononcée « metalcore » vas comme un gant a l'ensemble de l'album, la batterie garde un rythme très soutenu tout au long de l'album, un premier album complet fort bien réussi et qui mérite fortement d'être découvert par les amateurs du genre, on ressent plusieurs influences très agréables a l'écoute, je vous conseille fortement de voire ce groupe en concert.

Ma Note : 8/10


http://www.chariotsofthegods.net/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Voivod - Target Earth (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Voivod - Target Earth (2013)

Le Groupe :

Denis « snake » Bélanger : voix
Daniel « Chewy » Mongrain : guitare
Michel « away » Langevin : batterie
Jean-Yves « blacky » Thériault : basse

Les chansons :

1 - Target Earth
2 - Kluskap O'Kom
3 - Empathy for the Enemy
4 - Mechanical Mind
5 - Warchaic
6 - Resistance
7 - Kaleidos
8 - Corp Étranger
9 - Artefact
10 - Defiance

Depuis sa formation dans les années 80's, Voivod n'a cessé de nous surprend avec des pièces d'anthologie, mais aussi avec un style que seul ce groupe en connais la recette, depuis le décès de « piggy » guitariste original du groupe, Voivod n'a eu que pour sortie, un album éponyme qui rendait hommage au travail de ce guitariste, ou bien un support dvd et album live, cette fois-ci c'est un album fait en entier avec le « line-up » présent, comment décrire cette oeuvre qu'est Target Earth.

Dès le départ, on reconnais le son Voivod, " Target Earth " démarre sur la chapeau de roue apres une courte intro, tres progressive comme chanson, la voix de Denis Bélanger est la ou il l'avais laisser auparavant, je dirai meme mieux, sans rien lui enlevé du passer, " Kluskap O'Kom " démarre avec des chants Inuit, plus directe et lourde, cet derniere est plus pres du " melodic progressive thrash " mais avec beaucoup de partie mélodique dans la voix du chanteur, la batterie tres rythmé et tres entrainante, " Empaty for the Enemy " debute avec une guitare orientale et apres trente seconde environ, le son est reconnaissaible parmis des millions de groupes, elle est tres lente et mélodique, moins technique a mon avis mais qui fait son effet quand meme, " Mechanical Mind " est tres " groovy " un classique signé Voivod, sa fait du bien d'écouter cet chanson comme si on écouterai du vieux matériel, " Warchaic " la basse prend le controle et j'ai l'impression d'entendre " The Doors " une belle entrée en matiere, tres progressive et mélodique, mais qui a un moment donner deviens tres rythmer, facile de se laisser aller, surtout avec un petit joint dans le corp, " Resistance " est une piece tres rythmer, qui fait son effet dès la premiere ecoute pour ensuite s'envolé vers le " cyber ", " Kaleidos " plus clair dans le son et dominé plus par la basse et la batterie, a certain moment je peut meme comparer la voix a cel de Chuck Billy de Testament quand Denis Bélanger pousse sa voix plus loin ce qui n'est pas désagréable, toujours cette guitare aigu, le tout mélanger ensemble rend cet chanson tres unique car j'ai l'impression d'entendre tout la discographie de Voivod, " Corp Étranger " surprend, effectivement, le chant est en francais, ce qui je croit au risque de me tromper, une premiere pour le groupe, si c,est le cas, milles excuse, la musique elle est direct et sans fioriture, " Artefact " débute avec un basse tres Black Sabbath, toujours rythmé et avec énergie, la batterie est tres technique sur cet derniere, " Defiance " est tres courte, effectivement elle ne dure que 1 minute 32 secondes, lente au debut et instrumental, on se dit l'album est finalement terminer, mais non, le rythme et la voix nous arrive sans y attendre surtout a regarder la durer de la chanson.

Finalement Voivod est vraiment de retour, sur cet album il y a des compositions solide, très progressive, mais aussi très déjantée comme seul Voivod sait le faire, on retrouve un son plus moderne a mon avis sans que le groupe aie perdu son identité, au contraire, a plusieurs reprises j'ai ressentie le vieux matériel du groupe, il y a beaucoup de clins d'oeil au passé, mais tout en étant original, Voivod a définitivement fait encore un pas en avant et se groupe est toujours plein de ressource et de surprise, la pochette as encore été conçue par Michel Langevin, et l'album as été produit pas Voivod, fort d'un contrat avec Century Media, le groupe risque de faire le tour du monde, espérons-les voire bientôt en concert au Québec.

Ma Note : 8.5/10


http://www.voivod.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Lost Dimension - Eclipse (2012)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

LOST DIMENSION - ÉCLIPSE (2012)


Lost Dimension est un groupe originaire du Saguenay, plus précisément de Chicoutimi, le groupe pratique une musique très orientée progressive métal avec certain élément 80's :

Éclipse: premier titre complètement instrumental, pas très rapide et progressif, mais qui laisse voir le talent évident du groupe.

Be The One : La chanson débute avec un beau mixte des guitares, mais en avant la basse qui as sa raison d’être, la chanson est très technique et toujours orienté progressive, un coté « groovy » et très mélodique au centre de la chanson, le soli est magnifique.

Trinity: digne des meilleurs groupes de métal progressif européen, une certaine lourdeur dans les riffs, coté voix dans cette chanson, les sombre, et les clairs se mélange bien en alternance, jusqu’à maintenant ma préféré du disque.

Dare to Fly: intro très 70's, mélodiques, sur environ 2 min, mais ne vous y fier pas, le groupe part soudainement vers une cavalcade plus « speed » et technique, coté solo, un style très Iron Maiden, ce qui est un compliment pour les guitaristes.

As Last Sigh: selon moi Type o Negative et Voivod version progressive métal, un style de chanson plus moderne, mais toujours avec la touche « old school » des 70's coté progressive.

Mindfuck: début style Danzig, mais ne vous fier pas, la chanson part plus rapide et progressive, très bon rythme, le mélange des deux guitares est magnifique.

Pour un premier essai le groupe a bien réussi, avec une production plus forte et plus de budgets le groupe sera capable de rivaliser avec les plus grands du coté Métal progressif technique, un bon coté heavy à souhait, le travail des musiciens est sublime et en osmose, du talent il y en a la et il reste qu'a être découvert par les labels, seul bémol, a certain endroit la voix devrait être plus travaillé, car le ton ou niveau de la voix ne peut rivaliser avec la musique, mais avec bien du travail c'est jeune sont sur la bonne voix, procurer vous, amateur de progressif métal ce disque et vous ne serai pas déçu

Ma note 7/10


https://www.facebook.com/LDbandofficial

Alain Labonte (Québec-Métal)

Cd Critics : Buffalo Theory Mtl - Heavy Ride (2012)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Buffalo Theory MTL - Heavy Ride (2012)


Buffalo Theory Mtl est un groupe originaire de la grande région Montréalaise qui pratique un style très « doom » avec un accent « stoner rock 'n' roll ».

le groupe est composé de :

Anton Parr : Voix
Yannick Pilon : Guitares et Voix
Pat Gordon : Guitares
Gary Lyons : Basse
Brian Craig : Batterie

Le groupe a sorti un démo e.p. « Live in Studio » en 2010,
mais sort son véritable album, maintenant en 2012
Le groupe pratique un « heavy doom » très lourd, dans la veine d'un Black Sabbath, voire même a certain moment très proche d'un Soundgarden et je pourrai vous nommée maintes références dans le genre.

Heavy Ride contient 11 pistes:

01-Heavy Ride
02-Du Metal
03-Prestens Son
04-Monstro
05-Rites
06-Greed Indeed
07-Buffalo Theory Mtl
08-Trapped
09-A Thousand Times
10-Green Lies
11-March of Progress

Heavy Ride est musicalement un album très « doom », sombre, mais par le fait même très rythmé, les amateurs du genre ne seront pas dépaysés, après 2 écoutes du cd, certain titre me sont resté coller en mémoire.

il y a plusieurs influences déjà connues pour tout amateur de « doom metal » ou de « stoner », sur certaine piste, on peut même y entendre des influences latines, dont l'introduction du titre « Prestens Son »
selon moi le groupe aurait avantage a sortir un vidéoclip, car le groupe mérite de montrée sa musique au-delà des frontières nord-américaines et le titre « Rites » pourrait être un succès.

La production du disque est bien faite, l'écoute est agréable
on ressent qui y as de l'expérience sur cet album
techniquement rien n’a dire, la batterie et la basse font un travail formidable et l'on ressent vraiment la lourdeur de son « doom metal
» coté des guitares, on ressent le coté « stoner » les deux styles mélanger l'un a l’autre donne une impression de lourdeur, mais festive, la voix complète le tout à merveille
et Galy Records as eu l’œil vif de signé le groupe,
car avec Heavy Ride, la planète « stoner doom »
risque de recevoir toute un claque et j’espère que des tourneurs européens les découvrirons, car ils le méritent amplement
procurer vous le cd, je vous le recommande fortement.

Ma Note 8.5/10


http://buffalotheorymtl.fourfour.com/

Alain Labonte (Québec-Métal)

Dvd Critics : Metallica - Quebec Magnetic 2009 (2012)





Critique DVD

(an english version will follow)

Metallica - Québec Magnetic 2009

Certain d'entre vous diront, encore un X-énième DVD de Metallica, mais la particularité de celui-ci est qu'il a été entièrement filmé au Colisée Pepsi de Québec les 31 octobre et 1er novembre 2009.

Tout un honneur fait aux "fans" de Metallica de Québec, mais aussi a ceux du Québec en général. Par contre, ma première déception viens au moment de prendre possession de cet emballage renferment 2 DVD, l'emballage en carton est dépourvu d'une pochette digne de ce nom, qu'une seule photo avec le M de Metallica et James Hetfield dessus en couverture et les 3 autres membres photographier a l’intérieur, aucun livret n'est inclus pour des photos ou toute autre information relative au concert, mais ne jetons pas la pierre immédiatement, car connaissant Metallica, le contenue des 2 galettes pourrais surprendre.

Le DVD 1 contient le concert et le 2ième contient d'autres pièces filmées pendant les 2 jours qui ne figurent point sur le DVD principal. Vous trouverez des images de Québec, des "fans" eux-mêmes et de Metallica en dehors de la scène.

DVD 1 - Le concert
___________________

Le disque principal contiens 18 titres venant aussi bien de Death Magnetic que des chansons plus vielle, a mon avis une excellente sélection malgré le fait qu'il aurait bien pu y avoir encore plus de chansons du répertoire élargi de Metallica.

Setlist :
__________

1 - That Was Just Your Life
2 - The End of the Line
3 - The Four Hoursemen
4 - The Shortest Straw
5 - One
6 - Broken, Beat & Scarred
7 - My Apocalypse
8 - Sad But True
9 - Welcome Home (Sanitarium)
10 - The Judas Kiss
11 - The Day That Never Comes
12 - Master of Puppets
13 - Battery
14 - Nothing Else Matters
15 - Enter Sandman
16 - Killing Time
17 - Whiplash
18 - Seek & Destroy

Le DVD débute par la traditionnelle intro du western, le bon, la brute et le truand, tout en nous montrant des images de Québec, que ce sois, le château Frontenac, la porte St-Jean ou bien la basse ville au lieu du traditionnel film de Enricco Moricone, tout un honneur pour la ville de Québec qui se voit mise en valeurs au-delà des frontières Québecoise. Coté musique, l'honneur reviens à "That Was Just Your Life" d'ouvrir les hostilités sur un fond visuel très sombre et rempli de laser, ce qui est peut habituel pour le groupe en concert. Toujours avec une scène centrale, des supports d'éclairage en forme de cercueil qui bouge au gré des chansons, dès la deuxième chanson, l'éclairage devient plus visible à l'image de ce que Metallica nous a habitué, tout pour que le groupe aie une excellente interaction avec la publique, James Hetfield a le publique de Québec dans sa poche.

Musicalement, le spectacle a un très bon mélange entre vielles et nouvelles pièces. Des flammes durant "One", l'éclairage est superbe et se transpose autant sur la scène à la forme rectangulaire, mais aussi centrale, sur "The Judas Kiss". Kirk Hammet nous surprend avec une guitare transparente, ornée de deux tubulaires et sans bout de manche, bienvenue dans le future.

Un concert très énergique et puissant de la part des "four horsmen", un éclairage digne d'un bon concert, la foule du Colisée Pepsi est conquise et participe a fond à se déluge de "hits" que Metallica prend un malin plaisir a jouer. Presque tous les albums du groupe sont mis à profit, que ce soit "Kill 'em All - Ride the Lightning - ...And Justice for all - Death Magnetic" et sans oublier le classique qu'est le "Black Album", les notes de "Enter Sandman" débute et annonce la fin prochaine du concert, encore une fois, les flammes sont de la partie, cette chanson continue et continuera pour longtemps a faire son effet. Après une légère pause et un petit bain de foule, le groupe en redonne à son publique.

Comme rappel, Metallica a l'habitude de revenir avec une reprise, cette fois-ci c'est un classique de "Sweet Savage" la chanson "Killing Time" et ils termineront ce concert avec deux classiques essentielles qui sont "Whiplash et Seek & Destroy". Les membres se présente sur scène avec des masques dus au fait que ce soit la soirée de l'Halloween. Après environ deux heures et des poussières, les "Four Horsmen" ont donné un concert que Québec ne pourra pas oublier de sitôt.

Coté visuel rien n’a redire, le groupe respect ses habitudes, même pour le coté prestation et le choix des chansons, le son, lui est impeccable, mais selon le groupe, aucun "Overdub" n’aurait été utilisé pour cette prestation DVD, a mon avis il est permis d'avoir un doute, vu que ce concert a été tourné sur deux dates différente et que le son est identique partout, mais bon, l'essentiel c'est que sa crache dans nos enceinte audio. Un très beau souvenir pour les gens sur place et un bel honneur fait aux gens de Québec ainsi qu'a toute la province.

Metallica sort ce DVD "Made in Québec" et comme James Hetfield dit "Québec you kick ass!"

DVD 2 - Bonus et prestation
_____________________________

Pour le deuxième DVD, il n'y a que deux options, les chansons n'ayant pas été retenue pour le concert principal, mais qui ont été quand même joué sur les deux soirs de cette tournée. Du coté "Quebec City Love letter", le groupe explique en gros son amour pour le Québec, malheureusement dans la version que j'ai reçu, les sous-titres français ne sont pas présents, mais par contre, quand les "fans" parlent en français, automatiquement il y a les sous-titres anglophones. L'amour du groupe pour le Québec et la ville de Québec en particulier est évidente, mais cet amour nous est retransmis qu'avec un vidéo d'a peine cinq minutes. Une chance qu'ils y a les chansons bonus, qui sont de qualité égale au DVD principal.

Setlist Bonus DVD
__________________

1 - For Whom the Bell Tolls
2 - Holier Than Thou
3 - Cyanide
4 - Turn the Page
5 - All Nightmare Long
6 - Damage Inc.
7 - Breadfan
8 - Phantom Lord

Sur les deux DVD les options sonores sont: stéréo - 5.1 et dts 5.1. Par contre si on met de coté la performance live qui elle est impeccable, le bonus DVD n'offre pas grand chose a ces "fans" malheureusement. Mais si il y a une chose a retenir, c'est que cette sortie DVD est un merveilleux souvenir pour les "fans" de Metallica a Québec, je crois que si on compare les sorties antérieures de Metalica, ils auraient pu faire mieux. Dans l'ensemble, c'est quand même bien pour l'amateur inconditionnel des "Four Horsmen" et une vitrine qui n'a pas de prix pour la ville de Québec ainsi que le Québec dans son entier sur le plan international.

Ma Note : 7/10

Alain Labonte (Québec-Métal)

*************************************************************

Review DVD

(Version francais en haut)

Metallica - Quebec Magnetic 2009

Some of you say, another DVD of Metallica, but the peculiarity of it is that it was filmed entirely at the Pepsi Coliseum in Québec on 31 October and 1 November 2009.

An honor done to the "fans" of Metallica Quebec, but also to those of Quebec in general. By cons, my first disappointment just when to take possession of this package include 2 DVDs, cardboard packaging lacks a cover worthy of the name, one photo with the M of Metallica and James Hetfield top coverage and 3 other members photograph inside, no booklet is included for photos or any other information on the concert, but do not throw the stone immediately, because knowing Metallica, contained in the two discs could surprise.

DVD 1 contains the concert and the 2nd contains other pieces filmed during the two days that are the main point on the DVD. You will find pictures of Quebec, "fans" themselves and Metallica offstage.

DVD 1 - The Concert
___________________

Contains the main disc 18 tracks from the Death Magnetic as well as oldest songs, in my opinion an excellent selection despite the fact that it might well be even more songs from Metallica expanded.

Setlist :
__________

1 - That Was Just Your Life
2 - The End of the Line
3 - The Four Hoursemen
4 - The Shortest Straw
5 - One
6 - Broken, Beat & Scarred
7 - My Apocalypse
8 - Sad But True
9 - Welcome Home (Sanitarium)
10 - The Judas Kiss
11 - The Day That Never Comes
12 - Master of Puppets
13 - Battery
14 - Nothing Else Matters
15 - Enter Sandman
16 - Killing Time
17 - Whiplash
18 - Seek & Destroy

The DVD begins with the traditional intro western, The Good, the Bad and the Ugly, while showing us pictures of Quebec, it may be, the Château Frontenac, the Porte St-Jean or the lower town instead of the traditional Enricco Moricone film, an honor for the city of Quebec who is setting values ??beyond borders Québecoise. Music side, honor back to "That Was Just Your Life" to open hostilities on a visual background very dark and full of laser, which can be unusual for the group in concert. Always with a central stage, lighting supports shaped coffin at the option of moving songs, from the second song, the lighting becomes more visible in the image of what we are accustomed to Metallica while for the group have an excellent interaction with the public, James Hetfield has the Quebec public in his pocket.

Musically, the show has a very good mix of old and new parts. Flames during "One", the lighting is superb and reflects as on the stage to the rectangular shape, but also central to "The Judas Kiss". Kirk Hammett surprises us with a transparent guitar, decorated with two tubular end without sleeve, welcome to the future.

A very energetic and powerful concert from the "four horsmen" lighting worthy of a good concert, the crowd was conquered from the Pepsi Coliseum and participates thoroughly to deluge of "hits" that Metallica takes pleasure to play . Almost all of the band's albums are put to use, either "Kill 'em All - Ride the Lightning - ... And Justice for All - Death Magnetic" and not forgetting the classic is the "Black Album", the notes of "Enter Sandman" begins and announces the imminent end of the concert, once again, the flames are part of this song for a long time and will continue to do its effect. After a slight pause and a little walkabout, the group gives to its public.

As a reminder, Metallica used to come back with a recovery this time it is a classic "Sweet Savage" the song "Killing Time" and they finish the concert with two classics that are essential "Whiplash and Seek & Destroy. " The members present on stage with masks due to the fact that am Halloween night. After about two hours and dust, "Four Horsmen" gave a concert that Quebec will soon forget.

As a reminder, Metallica used to come back with a recovery this time it is a classic "Sweet Savage" the song "Killing Time" and they finish the concert with two classics that are essential "Whiplash and Seek & Destroy. " The members present on stage with masks due to the fact that it is Halloween night. After about two hours and dust, "Four Horsmen" gave a concert that Quebec will not soon forget.

Visual side nothing wrong, the band respect his habits, even for the next delivery and choice of songs, the sound, it is impeccable, but the group says, no "Overdub" would have been used for this service DVD in my opinion it is permissible to have doubts, because this concert was shot on two different dates and the sound is the same everywhere, but hey, the important thing is that his spit in our audio speaker. A beautiful keepsake for the people there and a great honor done to the people of Quebec and everyone in the province

Metallica released the DVD "Made in Quebec" and as James Hetfield said "Quebec you kick ass!"

DVD 2 - Bonus and benefits
_____________________________

For the second DVD, there are two options, the songs were not selected for the main concert, but were still played on both nights of the tour. To the side of "Quebec CIty Love letter" the group share his love for Quebec, unfortunately the version I received, the French subtitles are not present, but when the "fans" speak French, automatically there are English subtitles. The group Loves for Quebec and Quebec City in particular is obvious, but this love is broadcast with a video barely five minutes. A chance that they are the bonus tracks, which are of equal quality to the main DVD.

Setlist Bonus DVD
__________________

1 - For Whom the Bell Tolls
2 - Holier Than Thou
3 - Cyanide
4 - Turn the Page
5 - All Nightmare Long
6 - Damage Inc.
7 - Breadfan
8 - Phantom Lord

On both DVD sound options are: Stereo - 5.1 and DTS 5.1. By cons, if we put aside the live performance that is impeccable, the bonus DVD does not offer much to these "fans" unfortunately. But if there is one thing to remember is that this DVD release is a wonderful keepsake for the "fans" of Metallica Quebec, I think if you compare the outputs Metalica earlier, they could have done better. Overall, this is still good for amateur unconditional "Four Horsmen" and a window that has no price for Quebec City and Quebec as a whole on the international level.

My Rating: 7/10

Alain Labonte (Quebec-Metal)