Alcatraz Festival 2018

Friday, 19 September 2014

Review: Hellstorm Productions - 10 years of Metal (sept 13th 2014)




Hellstorm Productions: 10 ans de musique, 13 groupes, 2 scènes, 1 soirée
(english version will follow)

C’est à la maison des jeunes Kekpart de Longueuil que Hellstorm productions a décidé de célébrer une décennie de productions musicales et quoi de mieux pour ce faire que d’organiser un énorme spectacle. Plus d’une douzaine de groupes se sont partagé deux scènes pour cet événement qui a duré près de dix heures.


Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le nom, Hellstorm Productions produit, met de  l‘avant, conseille et fait la promotion de groupes québécois issus des genres punk, rock et métal depuis 2004. Daimon Hellstorm, fondateur de la compagnie et capitaine du bateau à ce jour, a également fait partie de plusieurs groupes tels que Lesson Of Fate et Suburban Disorder.


Les hostilités ont débuté avec Shape the Above, gagnant du volet progressif du Métal Académie 2014. Venue présenter son EP, Continent, la formation sera en semi-finale de la compétition le 22 octobre prochain à L’Alizée. À mon arrivée sur place, j’ai constaté que la plupart des spectateurs discutaient à l’extérieur, alors que je mordais les doigts de ne pas être arivée plus tôt. Shape the Above est une garantie de bonne performance et s’approprie la scène partout où ils passent, livrant un métal varié, intelligent et sérieusement bien ficelé. C’est le bémol de jouer en ouverture à 17h, position dans l’ordre du déroulement de la soirée qui m’a vraiment surprise. J’aurais préféré voir un groupe qui commence à avoir pas mal de reconnaissance comme Shape the Above un peu plus tard dans la programmation.


Pour en savoir plus:


Ils ont cédé la place à Join the Conspiracy, une formation assez neuve venue nous présenter son death métal technique bien pesant. Le coup d’envoi a été rapidement suivi d’un problème technique. On sentait les musiciens nerveux de reprendre leur set, mais le tout s’est bien déroulé et ils ont bien rattrapé la suite. Leur basse à 6 cordes offre un métal aux tons lourds et les deux guitares apportent la touche mélodique qui manque parfois dans certaines formations. Nick Bévillard passe facilement du scream corrosif au growl pesant à travers le tout. À la moitié de leur set, on a commencé à voir qu’ils étaient plus à leur aise et quand ils sont en confiance ils livrent une très bonne performance. Ils en sont à trois représentations seulement. J’ai hâte d’en voir davantage.


Pour en savoir plus:


On a ensuite pu assister à la performance de Darkaeon sur la scène voisine, qui a débuté par une intro musicale qui nous a tout de suite mis dans l’ambiance. Plus axée sur l’aspect mélodique, leur musique n’en reste pas moins très intense, alliant les influences progressives, death et thrash métal au lignes vocales claires et gutturales. Ce quintette de Lanaudière a définitivement plu à la foule, à laquelle les musiciens s’adressaient d’ailleurs avec l’aise de vétérans de la scène. Somme toute, il s’agit d’une formation aux arrangements complets qui a su nous démontrer leur professionnalisme, leur créativité et leur talent incontestable.


Pour en savoir plus:


Le genre instrumental est assez peu représenté dans la région, c’est pourquoi j’ai été agréablement surprise de voir que Sudden Spawn faisait partie de la liste des groupes de la soirée. L’instrumental est un genre où il y a peu de zones grises: il s’agit soit d’un flop, soit d’un top. Dans ce cas-ci on peut parler d’un groupe en pleine possession de ses moyens, qui n’a rien à prouver et dont le talent et les arrangements parlent d’eux-mêmes. Il n’y a absolument rien d’ennuyeux chez Sudden Spawn et on ne sent pas cette absence de ligne vocale qui se fait ressentir chez certains groupes instrumentaux. On ne peut que se laisser aller sur la musique. Je suis moins fan des lunettes fumées sur scène par contre. Visuellement, c’est très bien, mais ça coupe cette connexion avec la foule que le public vient chercher en allant voir un groupe en concert.


Pour en savoir plus:


On a ensuite bifurqué du côté punk de la soirée avec Unwanted Noise. Formation originaire de St-Hubert aux influences clairement établies dans le street punk californien, ils ont pris la scène d’assaut les les punks de la place se sont fait un devoir de partir un pit de taille respectable. Les arrangements font penser à un mélange de Rancid et de Transplant, mais avec le tempo accéléré. L’écart avec le groupe précédent s’est fait sentir un peu au début, mais il était évident qu’une bonne partie de la foule était présente pour les voir jouer en concert et le mélange des genres représentait bien la variété des événements produits par Hellstorm Productions.


Pour en savoir plus:


Deathrow Six nous a ramené dans le métal pesant en un rien de temps avec son death métal aux influences thrash. La formation ayant connu plusieurs changements depuis 2006, j’ai pu constater que ça n’a en rien ébranlé la solidité du groupe, tant sur le plan musical que sur les musiciens eux-mêmes. Ils avaient l’air sincèrement contents d’être là et nous ont même présenté des nouveaux titres, dont Creating the Corpsestone of Gomorrah et Born in Chaos. Si on se fie à l’échantillon, le prochain album risque d’être plus pesant encore que le précédent avec des changements de signature et de rythme inattendus. J’ai hâte d’entendre le produit fini et si on se fie aux dires du groupe, c’est pour bientôt. Ils ont un EP déjà disponible: Born in Chaos.


Pour en savoir plus:


Le groupe suivant, Virulys, est arrivé tout en effets visuels avec son death métal mélodique aux influences thrash. Ceux qui connaissaient l’ancienne formule visuelle du groupe s’ennuieront des masques à gaz des musiciens, d’autant plus que je trouve que la mise en contexte du groupe trouvait tout son sens avec le visuel qui était présenté auparavant. Pour ceux qui ne connaissent pas trop le groupe, il est important de savoir qu’il est placé dans un concept et une histoire: après la destruction de la planète par l’humanité, il ne reste plus qu’une petite faction pour apporter la justice à ceux qui ont causé la chute de l’empire des humains et cette faction s’appelle Virulys. C’est dans ce contexte que le groupe nous a présenté ses pièces super bien ficelées, aux accents death mélodique avec un vocal rappelant par passages les cris de sirène de Dani Filth. J’adore les groupes concept dans le genre, car ils sont toujours géniaux à aller voir en concert et c’était définitivement le cas pour Virulys.


Pour en savoir plus:


Sur la scène voisine, Citizen Vicious célébrait le départ du bassiste, Guillaume Breton Lessard. Je dis bien «célébrait», car le tout se voulait sain et festif, comme il quittait pour des raisons familiales. Ce départ s’est fait sur du bon thrash n’ roll aux accents speed metal et l’humour contagieux que dégageait toute la formation. Les blagues effusaient de partout, la musique était sérieuse mais les gars s’amusaient et ne se prenaient visiblement au sérieux. On a d’ailleurs assisté au meilleur cover de Born to be wild que j’ai eu la chance d'entendre à ce jour. J’espère que tous les spectacles suivants seront aussi festifs, même avec un nouveau bassiste parce que ces gars-là ont une formule qui fonctionne à merveille en concert.


Pour en savoir plus:


Les prochains à prendre la scène étaient les géants du métal montréalais, Bookakee. Leur réputation n’est plus à faire et tout le monde qui suit de près ou de loin la scène locale les connait au moins de nom. Le groupe est tellement varié dans son style musical qu’il est impossible de lui attribuer une catégorie fixe. Fans de grindcore? Vous en trouverez. Vous préférez le progressif? Il y en a aussi. Du death? Oui,il y en a également. Ils ont réussi à harmoniser littéralement tous les genres de métal en un seul style qui leur est propre et s’il ne fait peut-être pas toujours l’unanimité chez les fans de métal, il a du moins le mérite d’être novateur et audacieux. Avec une telle réputation qui les précède, je m’attendais au spectacle de la soirée. Malheureusement la chaleur semblaient les accabler sous leur déguisement et la performance s’en est ressentie un peu.


Pour en savoir plus:


Les prochains à prendre la scène m’étaient familiers, puisque je les avait déjà vus au Trash bar à Ste-Hyacinthe. Les gars d’Outlying ne déçoivent pas peu importe où ils jouent, mais cette fois on a été gâté: ils avaient de nouveaux jouets en plus. Armés de leurs système sans fils, ils se sont permis d’étendre la scène au parterre complet, s’amusant à aller jouer dans la foule jusqu’en arrière de la salle. Ils nous ont servi du bon métal mélodique bien serré, avec plus d’assurance que la dernière fois que je les avait vu en concert. De leur propre aveu, il y a eu beaucoup de changement au sein du groupe depuis sa formation en 2003, mais nous avons assisté samedi dernier à une prestation extrêmement bien organisée avec des musiciens en confiance venus nous présenter des pièces ultra mélodiques exécutées à la perfection. La musique est définitivement mise de l’avant chez Outlying, effaçant un peu le vocal sans que cela ne dérange l’équilibre des arrangements. La voix se rapproche d’ailleurs davantage des instruments avec une versatilité qui inspire le respect. Fred A. Dubeau nous offre une ligne vocale ultra variée et toujours sur la bonne note. Avec la qualité de la performance qu’ils ont livrés, j’ai bien hâte d’entendre du nouveau matériel.


Pour en savoir plus:


Ce n’aurait pas pu être une célébration de Hellstorm Productions sans une performance de Suburban Disorder, groupe crossover dirrigé par nul autre que Daimon Hellstorm. Foulant les scènes punk rock et thrash de la Province depuis plus de 10 ans, ils allient la rage du punk avec la rapidité du métal tout en gardant un certain groove qui rend le tout super accrocheur. À peine 24 heures avant l’événement, Suburban Disorder avait mis en ligne pour téléchargement gratuit son nouvel album via leur page Facebook et nous a présenté les titres en direct sur scène avec une énergie incroyable.


Pour en savoir plus:


Faithful Synthesis avaient définitivement amené leur foule avec eux. La formation deathcore de Joliette a connu une montée fulgurante dans la dernière année et démontre un sérieux et une volonté rare pour un groupe d’à peine plus d’un an. Musicalement, leur prestation était coupée au couteau, d’une justesse de maître. Là où l’on restait un peu sur notre faim à mon avis rétait au niveau du vocal, malheureusement plutôt linéaire d’une pièce à l’autre. La formule est superbe, mais manque un peu de variété.


Pour en savoir plus:


Evertrapped a commencé son set en force après un problème technique avec le système d’éclairage. Tout à l’opposé, le groupe propose des arrangements mélodiques aux influences progressives donnant dans un tech death ultra réfléchi, varié et complexe. Ce qui ressort du lot en concert est définitivement la section rythmique, assurée par Éric Lemire. Ce musicien-là tient plus d’une machine que d’un être humain, si ce n’est que sa technique reste super groovy et accrocheuse. Les fans de death mélodique américains en ont plein les oreilles avec Evertrapped, qui nous offre à chaque concert une qualité sonore digne des grosses productions signées tout en restant indépendant. Si vous avez en main un exemplaire de leur dernier album, The Anomaly, vous pouvez constater que ce qu’on entend sur l’album est parfaitement reproduit sur scène, avec une intensité à couper le souffle. Plusieurs présents à l’événement sont d’ailleurs restés bouche bée devant le monstre sonore qui se produisait devant eux et on ne peut les blâmer. Ils ont laissé savoir qu’un nouvel album est en cours de production et nous ont même présenté deux des titres qui s’y trouveront. Ça va sonner comme une tonne de briques!


Pour en savoir plus:

  


Hellstorm Productions: 10 years, 13 bands, 2 stages, 1 big party

It’s at the Maison des Jeunes Kekpart that Hellstorm threw its 10 year anniversary party last Saturday and really, what better way to celebrate a decade of artistic production than inviting a whole bunch of bands to play. Over a dozen bands shared two stages for what we call a serious ‘round the clock celebration.

For those who wouldn’t be familiar with the name, Hellstorm Prodctions has produced, helped, advised and promoted punk, rock and metal bands since 2004. Daimon Hellstorm, the man behind the name and captain of the boat has also fronted several bands, including Lesson of Fate and Suburban Disorder.

Shape the Above, winner of the progressive section of the Metal Academy 2014, was there to open the night. They hit the stage with titles from their EP, Continent, and will be competing soon in the semi-finals of the Metal Academy this next October 22nd at L’Alizée. As I walked in the venue, I noticed most of the audience was talking outside instead of enjoying the music, and there I was, cursing myself for arriving late because this is band you want to see. Shape the Above is a staple of quality and always gives an amazing performance no matter where they play, delivering very intense, varied and intelligent metal arrangements. Unfortunately, playing at 5PM has its downsides. I was surprised to see them play so early in the show, as I was expecting such a rising band with a growing fan base to play later in the evening.

Learn more about the band:

  
They then gave the stage to Join the Conspiracy, a somewhat young formation that crossed the bridge to deliver us a pretty heavy technical death metal. The first chords were soon followed by a technical problem, only to resume very shortly after. We could tell the guys were nervous and anxious to get the show back on track, but regained their cool as soon as the problem was fixed. Their 6 string bass really helped bring a touch of extra heaviness while the two guitars were in charge of a seriously melodic line of a quality rarely heard in the realms of tech death metal. Nick Bevillard could slide from growled to high screamed vocals with ease throughout every song. Halfway through their set, we could clearly tell they were more at ease and were enjoying themselves. It’s only their third show, which make me even more curious to see w how far they actually will go.

Learn more about the band:

  
Darkaeon was already setting their gear on the next stage as Join the Conspiracy was leaving and started their set with a really long and cool intro that put everybody in the audience in the mood for their unique sound. Heavier on the melodic aspect of music, it is nonetheless very intense, mixing progressive, death and thrash metal in a well-balanced whirlwind of brutality. The Lanaudière based band obviously conquered the crowd, regularly engaging the audience with the natural ease of veterans of the stage. It is most definitely a formation that knows how to bring a complete sound to a professional quality performance and an amazing display of pure talent.

To learn more about the band:

  
Unfortunately underrepresented in the area, all instrumental music is always a well-received surprise on my end at live shows. That is why I was really excited to see Sudden Spawn play live at the event. Instrumental metal isn’t a genre of grey areas: it either works or it doesn’t. In the present case, it’s an absolute success. We saw a band in control, with nothing to prove and simply there to give a mind-blowing show, display free-flowing talent and obviously have a good time. What I like about this band is that you don’t feel the lack of a vocal line that can be felt unfortunately with so many instrumental groups. Their very complete arrangements will get you head banging whether you like the genre or not. The only thing that bothered me a little were the sunglasses: very cool visually, but it created a distance between the band and the crowd in a situation where most of us look for that live connection with the musicians we admire.

To learn more about the band:

  
Punk rock then had its fifteen minutes of glory with Unwanted Noise hitting the stage. Although from St-Hubert, Qc., the band’s roots clearly hail from California, influenced by the local street punk of the early 90s. They literally took the stage and the punk rockers took the floor, proceeding to start one of the biggest pits of the evening. With a sound halfway between Rancid and Transplant but much faster, their sound clashed a bit with the previous band. The crowd didn’t seem to notice, as most of them were obviously here to see all kinds of bands and this variety of genre illustrated very well the wide range of bands promoted by Hellstorm Productions.

To learn more about the band:

                        
Deathrow Six brought us back in a flash to the realm of brutality with its thrash infused death metal. The lineup may have changed several times since 2006, but what we saw on stage last Saturday was a confident bunch ready to deliver a well rehearsed and solid brick wall of a sound. They looked sincerely happy to be playing and even gave us a sample of their next album, including titles such as Creating the Corpsestone of Gomorrah  and Born in Chaos. Judging by the sample, their next album will be even heavier than the last, with changing rhythms and time signatures. If they remain true to their words, that album should be released soon. They already have an EP: Born in Chaos. Check it out!

To learn more about the band:

  
The next band, Virulys, got on stage with striking visual effects, costumes, the whole thing. Well, almost…Those who remember the band’s former visual staging may find the gas masks lacking, if only for their background story. The context behind the band brings us decades into the future, after greedy corporations and careless individuals have depleted the planet’s resources and spread desolation and death in the process. The only justice remaining is in the form of a small faction created to carry the only sentence possible to such bringers of genocide: death.
It’s backed by this really cool storyline that Virulys presented its well-written and incredibly well executed titles, topped with vocals reminiscent of Dani Filth’s high siren screams. Loved the concept, loved the execution and loved the music.

To learn more about the band:

  
On the second stage, Citizen Vicious was celebrating the departure of their bassist, Guillaume Breton Lessard, with what we can only qualify as a hell of a sendoff party. Usually a sad affair, all musicians seemed to genuinely enjoy themselves and a positive vibe ran throughout the whole set –maybe because Guillaume was leaving for family reasons. Some good thrash n’ roll was thrown in between jokes, funny stories and laughter. The music was serious and the musician’s talent is undeniable, but it’s really their humor that won the crowd…and maybe the coolest Born to be Wild cover ever performed. I hope they will keep the same energy even with some changes in the lineup, because what they have is a recipe for success.

Learn more about the band:

                      
Next up were Montreal’s metal giants, Bookakee. Their reputation precedes them, and frankly you’d have to live under a rock to have never heard of them. Their varied influences and unique sound has won them the reputation of being an impossible band to categorize. They just have a little bit of everything. Gindcore fans? You’ll find your daily dose in there. You prefer progressive metal? No problem, you’ll get some in there. Death? You bet. They just managed to fit it all into a melting mix sheer brutality and masterful arrangements. Their style may not be every metal fan’s cup of tea, but they at least have the merit of doing something new and unique. With such a reputation and after reading so many good reviews, I was expecting to see the best show of the night. Unfortunately, the hot temperature and their costumes didn’t seem to go too well together and their performance was greatly hindered.

To learn more about the band:


I had already seen the next band to hit the stage about a year ago at the Trash bar in Ste-Hyacinthe. It seems the guys from Outlying hit the mark no matte where they play and this time they brought a little something extra: they were playing with a wireless system and did they use it to the fullest! They were running all over the place, jumping in the crowd and playing solos from the far back of the dance floor. They delivered some really tight melodic metal with even more confidence than the last time I had seen them. There’s been a lot of changes in the lineup since 2003, but the band remains strong and we saw some very talented, confident musicians last Saturday and they obviously came there to blow our minds with perfectly executed insane melodies. A little light on the vocals if you ask me, they are used with great taste and efficiency. Fred A. Dubeau offers a wide vocal range and skillfully combines varied techniques, inspiring respect if only for the level of mastery that he has reached vocally. With the quality of the performance the whole band delivered last Saturday, I cannot wait to listen to some new material.

To learn more about the band:

  
It could not have been a Hellstorm Productions celebration without Suburban Disorder climbing up the stage. The crossover band being fronted by no other than Daimon Hellstorm himself, it only made sense that they would at least allow themselves a half hour set. Having performed on almost every thrash and punk rock joints of the province for a little over a decade, they combine punk rock’s enraged energy with the speed of thrash metal while keeping a certain groove to their sound. These are a generous bunch, too. About 24 hours prior to the show, they released their latest album for a free download online through their Facebook page and played both new and older songs live the following night with an incredible energy.

To learn more about the band:


Faithful Synthesis definitely brought their crowd with them. The Joliette-based deathcore formation has known an ever-growing success and continues to grow its fan base everyday. They show a rare dedication for a band that is less than a year old and there is not a shade of a doubt that they will go far in this business of they keep this pace. They gave a surgically tight musical performance that was impressive to witness. The only lacking point in my opinion was the linear approach of the vocals from one song to another. What they offer is an amazing formula but it just needs a little more variety.

To learn more about the band:


Evertrapped launched their monstrous set after some unfortunate technical problem with their lighting equipment. Quite the opposite from the previous band, their melodic arrangements infused with progressive elements on a technical death metal backdrop vary constantly. The highlight of the show was their rhythm section. Eric Lemire’s technique is so versatile; he’s closer to machine than man. Thankfully, his skills also display a great deal of groove and hooky beats. Fans of American melodic death metal will find something familiar in the sound of Evertrapped, who’s up there with big signed international acts when it comes down to show quality. If you happen to have in your possession a copy of their latest album, The Anomaly, you may find that what we hear on the album is perfectly reproduced on stage with breathtaking intensity. Many attending the event could not believe their ears and stared wide-eyed at the monster of a show these guys put for us. They also announced on stage that a new album is in production and even played two titles never played live before. Judging by the sample we got, this next album will sound like a ton of bricks!

To learn more about the band:



Review: Isanielle Enright
Photos: Alain Labonte
©Québec-Métal