Alcatraz Festival 2018

Tuesday, 26 May 2015

Concert review: Ensiferum live in Montreal (may 22nd 2015)


(english will follow)



Ensiferum, Korpiklaani et Trollfest @ Club Soda
22 mai 2015
Par Isanielle Enright

Vendredi s'annonçait sous la bannière  du folk métal alors que trois groupes européens foulaient le sol montréalais, important avec eux un mélange de folk, de mélodique et de death. Cornes de bière et GNistes en civil concentrés au mètre carré du Club Soda parsemaient le paysage et l'ambiance était festive à souhait bien avant que le premier groupe ait commencé à jouer.


TrollfesT 
 
La concentration élevée de gens qui se tapent dessus avec des épées en mousse la fin de semaine* prenait tout son sens à l'arrivée de la formation norvégienne. Sur un fond de percussion variée et très présente, Trollmannen et ses saltimbanques aux manières...bah...trollesques nous ont traînés dans leur univers où festivités et grotesque sont à l'honneur. On n'a qu'à penser à leur reprise de Toxic (oui, oui, la chanson de Britney Spears, là) pour se faire une idée de l'ensemble. TrollfesT sait définitivement partir une soirée sur le bon pied. 

 
En savoir plus sur le groupe:


Korpiklaani

Le rythme de la soirée a décéléré d'un coup avec Korpiklaani, qui nous a arrachés à la caverne des trolls pour nous emmener en forêt avec leur folk mythique. Venus du fond de leur Finlande natale pour nous ensorceler de leur métal quasi druidique, ils ont su garder l'intérêt de la foule jusqu'à la dernière note, et ce malgré une cadence plus tranquille. Avec leur dernier album, Noita, fraîchement sorti sur les tablettes, on se serait attendu à davantage de nouveaux titres, mais la formation a tout de même réservé une bonne partie de sa set List aux morceaux classiques et connus de bons nombres de spectateurs. Malgré quelques longueurs et une ambiance plus tranquille que celle des deux autres groupes au menu de la soirée, Korpiklaani a su livrer une excellente performance haute en énergie et en intensité.

 
En savoir plus sur le groupe:


Ensiferum

Avec l'effet d'une douche froide, Ensiferum est venu réveiller la foule en abordant la scène avec une cadence frénétique. On a senti immédiatement que le dernier tiers de la soirée s'annonçait pesante à souhait. Toujours sur un fond de folk, le groupe donnait clairement dans le plus lourd. On retrouvait la même formule métal et arrangements à l'accordéon, mais la cadence était plus sentie, rapide et donnant sur le Death mélodique. La foule semblait ravie de suivre ce crescendo musical, les membres du groupe contribuant à son dynamisme et créant rapidement une belle complicité avec cette-dernière.
Passant de titres des remiers jours tel que Little Dreamer à ceux fraîchement issus de leur dernier album, One Man Army, Ensiferum nous a offert une prestation complète et unique, alliant avec finesse une foule d'influence musicale avec le feu sacré du métal.
Oh, et si vous n'avez jamais entendu du disco métal, allez écouter Two of Spades de leur dernier album. Hilarant et brillant à la fois!

  
En savoir plus sur le groupe:
  
*Full disclosure: J'en suis depuis plus de dix ans. Je dis ça avec amour...
*Plus de photos sur la page Facebook de Québec-Métal


NoiseArtRecordshttp://noiseart.cc/
Metal Blade Records: http://www.metalblade.com/us/
Extensive Entreprise: http://eemontreal.com/fr/
©Québec-Métal


 
Ensiferum, Korpiklaani and Trollfest @ Club Soda
May 22nd 2015
By Isanielle Enright

Friday night was going to be all about folk metal with the arrival of three great European bands in Montreal, bringing along with them a good mix of folk, melodic and death. Drinking horns help high by a horde of LARPists in civilian clothes were common sight at the Club Soda, as the crowd was getting ready for some serious party long before the first band even started.


TrollfesT

The noticeable presence of foam sword bearing folks* started making sense when the first bands made its entrance. With a heavy and varied presence of percussions, Trollmannen and his...well...trollish troop dragged us to the depth of their festive and grotesque musical universe. They even sing in a language they made up from a mix of German and Norwegian! Just look up their cover of Toxic (yep, the Britney Spears song), you will get a pretty good idea of the what and the how this turned into a serious party in a matter of minutes. TrollfesT definitely knows how to warm up a crowd and they left the stage in an uproar of applause.

  
Learn more about the band:

Korpiklaani

The tempo went down a bit with Korpiklaani making its entrance on stage, who took us away from the trollcavesand brought us into the woods instead with their mythical folk infused music. Travelling out of their native Finland to elevate us through their quasi druidic metal, they kept the crowd focused on them from the first to last note even with a slower paced set list. Their last album, Noita, having been released only recently, I would have thought most songs played would have been news ones, but they also kept a great place for their classic titles apparently well-known of the local crowd. Although their arrangements were at time slower in pace, their presence felt like catching your breath between two storms.

  
Learn more about the band:

Ensiferum

With the effect of a cold shower, Ensiferum hit the stage to wake up the crowd. We felt immediately that the last part of the evening was going to be heaviest. Always on key with their folk roots, the band was definitely on the faster end of the genre's spectrum and their use of the accordeon felt more rhythmically oriented, giving their sound a crunchier metal twist leaning towards melodic death metal. The crowd was obviously happy to follow the musical crescendo by singing along with the band. Travelling through their discography, from early titles such as Little Dreamer to more recent extracts of their last album, One Man Army, Ensirefum has offered a unique performance, cleverly blending a plethora of musical genres into a well-refined product.
Oh and if you've never heard what disco metal sounds like do yourself a favor and look up Two of Spades from their latest album. It's a funny, smart and quite surprising piece!

  
To learn more about the band:
  
*Full disclosure: I have been one of them for over 10 years, the expression is full of love, folks.
*More photos on Québec-Métal facebook page

NoiseArtRecordshttp://noiseart.cc/
Metal Blade Records: http://www.metalblade.com/us/
Extensive Entreprise: http://eemontreal.com/
©Québec-Métal

Thursday, 21 May 2015

Concert Review: Anthrax/Volbeat live in Montreal (may 15th 2015)

(english will follow)



Spectacle Volbeat avec Anthrax & Crobot
vendredi 15 mai 2015,  CEPSUM
Article par Mélanie Goulet
Québec-Métal


Je me demandais bien ce qu'un spectacle de Volbeat avec Anthrax en ouverture aurait l'air.  Pour moi, Anthrax devrait être la tête d'affiche vu la popularité du groupe que j'ai un peu écouté à 13 ans. Mais Volbeat s'est forgé une place et à acquis énormément de fans dans les dernières années. Le guitariste, Robert «Rob» Caggiano, qui jouait anciennement avec Anthrax, a amené une musicalité un peu plus métallique à Volbeat, ce qui a peut-être élargi son public.  De toute façon, nous ne sommes plus à l'air du vedettariat et il n'est plus question de tête d'affiche, mais plutôt de partage de la scène, de partage de la passion des musiciens pour leurs arts.  L'ambiance est beaucoup plus plaisante ainsi.  Il n'y a plus de bitchage, tout le monde est égal.

En début de soirée, le CEPSUM paraissait un peu vide. La moitié du parterre était remplie et il y avait quelques petits groupes de personnes dans les estrades.  Pour le spectacle d'Anthrax, la place s'est bien remplie, mais pour Volbeat, on peut dire que c'était pratiquement full house. Il restait des places dans les estrades en haut complètement et sur les côtés, mais sinon, il y avait une bonne agglomération de monde. L'ambiance était très bonne et la bière, pas à mon goût, coulait à flot.  Pourquoi, St-Ambroise ne peut-il pas commandité ce type d'événement? Il reste que le public semblait bien en feu.

Le groupe qui ouvrait la soirée était Crobot. C'est un groupe américain et c'était leur première visite à Montréal.  On se serait cru soudainement plongé au milieu des années 70 avec des musiciens vêtus de vêtements colorés et une abondante pilosité. Effectivement, les membres du groupe, surtout pour le chanteur et le bassiste, sont habillés à la mode psychédélique de ces années et la musique du groupe est clairement influencée par cette époque.  Une bonne musique bien groovy.  Les musiciens sont très actifs sur la scène. Le chanteur danse avec son micro et se déhanche sans relâche.  Le guitariste fait danser sa guitare autour de son corps telle une partenaire de danse swing.  Le bassiste est carrément dans sa bulle ne cessant de se faire aller la chevelure et le batteur semble s'amuser comme un petit fou.  Ce fut un spectacle très vivant, haut en couleur et très bien rendu.

  
Le légendaire groupe de Trash Metal, Anthrax a fait une entrée spectaculaire sur scène.  Un gros drapeau à l’effigie du groupe remplissait toute l'arrière de la grande scène et deux structures rectangulaires de chaque côté de la scène servaient de faux murs de briques et affichaient le pentagramme inversé, commun sur les t-shirts et les pochettes de CD du groupe.  Les musiciens,  Scott Ian Rossenfeld, Frank Bello, Jonathan Donnais et  Jon Dette on fait leur entrée sur scène en jouant Caught in a Mosh et le chanteur, Joey Belladonna, a fait son apparition en courant sur la scène  et en faisant un saut digne de ses performances d'antan.  Il paraît encore être dans la trentaine et nous a livré une prestation extraordinaire.  Il ne cesse de se promener de long en large sur la scène et interagi avec la foule énormément.  Il prend le temps de regarder les fans dans les yeux et les invite à lever les Horns avec lui.  Il pointe même les gens plus loin à l'arrière de la foule et dans les estrades pour leur démontrer son appréciation. Joey est impressionnant sur scène et sa longue expérience fait de lui un front man hors pair.  Il est très dynamique et plaisant à voir sur scène comme les autres musiciens du groupe d'ailleurs.


Anthrax a joué ses classiques comme Madhouse, I am the Law, Fight’em Til you Can’t au grand bonheur de la foule, en grande majorité dans la trentaine. Le choix de joué la chanson thème de Games of Thrones a peut-être moins plu au public, mais le fait de jouer une interprétation de In the End en l'honneur de Dio et de Dimebag en affichant un drapeau de chacun d'eux, a certes ému les gens. Le son ne pouvant pas être exceptionnel dans un endroit comme le CEPSUM, qui n'est pas fait pour recevoir des concerts de musique, les chansons n'étaient pas aussi bien rendues qu'elles le devraient. 

  
Le guitariste, Scott Ian Rossenfeld, est lui aussi toujours énergique.  Il interagi avec la foule, allant jusqu'à demander un joint aux fans, en faisant le signe de quelqu'un qui fume un joint.  Il n'a pas perdu de son talent de guitariste et nous joue toujours ses riffs explosifs. L'autre guitariste, Jonathan Donnais, bouge beaucoup sur la scène et se promène de droite à gauche tout en s'accordant avec son confrère. Le bassiste, Frank Bello et le batteur, Jon Dette, sont eux aussi très sympathique et contribue au rythme effrénée de la musique d'Anthrax.  Petite parenthèse ici concernant le batteur; Jon Dette (Slayer, Testament), prenait la place de l'habituel batteur, Charlie Benante, qui ne pouvait être présent sur cette tournée dû à des problèmes de tunnel carpien. 

  
Scott Ian Rossenfeld a annoncé à la fin du spectacle qu’Anthrax allait sortir un nouvel album et qu'il reviendrait bientôt à Montréal.  C'était une prestation exceptionnelle avec des musiciens incroyablement énergiques, expérimentés et présents avec la foule. Impossible de ne pas lever le poing et de ne pas suivre le rythme du pied.  

  
Je ne connaissais pas le groupe Danois Volbeat, mais il semble avoir beaucoup de fans car énormément de gens portaient des chandails du groupe ou se baladaient avec des drapeaux du Danemark et beaucoup de gens étaient là pour le spectacle de ce groupe.  Volbeat est un groupe de Hard Rock, Heavy Metal qui existe depuis 2001.  Il comprend, Anders Kjolhom à la basse, Jon Larsen à la batterie, Michael Poulsen au chant et à la guitare et Robert «Rob» Caggiano à la guitare principale.  La scène était cachée derrière un énorme drapeau du groupe pendant le montage et lorsque la musique est partie, un décor de cimetière nous a été dévoilé avec un drapeau du bandit que l'on peut voir sur les pochettes de CD du groupe à l'arrière de la scène.  Le décor nous transportait dans l'univers du groupe et remplissait bien la scène. 

 
 

Dès les premières notes jouées par le groupe, les fans hurlaient de bonheur.  Le chanteur, Michael Poulsen, s'est adressé à la foule après deux chansons et nous a dévoilés aussitôt sa personnalité très sympathique. Il fait des blagues au public et prend le temps de s'adresser directement aux fans. Voyant un garçon de 7 ou 8 ans qui était sur les épaules de son père et qui ne portait pas un chandail de Volbeat, il s'est adressé à celui-ci et lui a donné un t-shirt du groupe en lui lançant d'un beau lancer bien droit pour ce que le jeune garçon l'attrape. 

  
La musique de Volbeat penche plutôt du côté Hard Rock que métal. Les riffs de l'ancien guitariste d'Anthrax, Robert «Rob» Caggiano, apporte un aspect plus métal et les rythmes du batteur, Jon Larsen, peuvent rappeler le jeu d'un batteur de Heavy Metal.  Il reste que l'on peut qualifier le groupe plus comme un groupe rock au teinte métallique. Les riffs de guitare sont très mélodiques et entraînants. Le chant clair de Poulsen est lui aussi très mélodique et les refrains très accrocheurs.  Je peux comprendre pourquoi le groupe est populaire.  Les chansons sont tout simplement attirantes et portantes avec une belle énergie virale.  

  
Les fans chantaient les chansons avec Poulsen et celui-ci laisse la foule chanter à sa place en leur tendant le micro.  Il s'est bien amusé à laisser la foule chanter le refrain d'un classique de Johnny Cash.  Sa générosité face au public va jusqu'à laisser les jeunes fans monter sur scène et à emprunter une veste de jeans de quelqu'un dans le public pour interpréter sa chanson. Les fans l'aiment beaucoup et je peux comprendre vu sa personnalité amicale.  Le fait qu'il dédie une chanson à BB King, décédé pendant la nuit, a touché la foule et a apporté de chauds applaudissements au groupe. C'était une belle initiative de la part du groupe.

  
Les aires de Volbeat sont enivrantes et les musiciens super sympathiques et dynamiques ce qui explique leur popularité.  Les fans étaient comblés et je n'ai vu personnes quittés le CEPSUM sans le sourire.

Megaforce Records: http://megaforcerecords.com/
AEG Live Canada: http://www.aeglive.com/
 ©Québec-Métal





Volbeat with Anthrax & Crobot Show
Friday, May 15, 2015, CEPSUM
Article by Mélanie Goulet
Québec Métal


I wondered what a show with Anthrax opening Volbeat would look like. For me, Anthrax should be the headliner with the popularity of the group that I listened to a bite when I was 13 years old.  But Volbeat has built up and gained a lot of fans in recent years. The guitarist, Robert "Rob" Caggiano, who played previously with Anthrax, brought a little more Metal musicality to Volbeat, which may have expanded its audience. Anyway, we are no longer in the air of stardom and there is no question of headliner, but more a question of sharing the stage, sharing the passion for their arts between musicians. The atmosphere is much more pleasant this way. No more bitching, everyone is equal.

By early evening, the CEPSUM seemed a bit empty. Half the floor was full and there were a few small groups of people in the stands. For Anthrax show, the place was busy, but for Volbeat, we can say that it was almost full house. There were still places in the stands at the top and sides, but otherwise there was a good agglomeration of peephole. The atmosphere was very good and beer, not to my taste, flowed freely.  Why doesn't St-Ambroise sponsor such events? Nevertheless, the public seemed on fire.

The group that opened the evening was Crobot, an American band and it was their first visit to Montreal. It felt like, we suddenly plunged into the mid 70 with musicians dressed in colorful clothes and abundant hair.  Indeed, members of the group, especially for the singer and bassist, dressed in psychedelic fashion of these years and the group's music is clearly influenced by that time. A good groovy music. The musicians are very active on stage. The singer dances with his microphone and sways unabatedly.  The guitarist dances his guitar around his body like a swing dance partner. The bassist is really in a bubble shaking his hair non-stop and the drummer looks like he is having a lot of fun. It was a very lively, colorful and very well rendered show.

  
The legendary Trash Metal group, Anthrax made a spectacular entrance on stage. A huge flag bearing the image of the group filled the whole back of the main stage and two rectangular structures on each side of the stage used as fake brick walls and showing the inverted pentagram, common on the band t-shirts and CD covers. The musicians Scott Ian Rossenfeld, Frank Bello, Jonathan Donnais and Jon Dette made their entrance on stage playing Caught in a Mosh and singer Joey Belladonna, appeared on the stage running and making a leap worthy of its former performance. He still seems to be in his thirties and he delivered an extraordinary performance.  He keeps walking up and down on the stage and interacted enormously with the crowd. He takes the time to look the fans in the eye and ask them to lift the Horns with him. He even points people in the back of the crowd and in the stands to show his appreciation. Joey is impressive on stage and his long experience makes him an outstanding front man. He is very dynamic and pleasant to see on stage as well as the other band members.

  
Anthrax played their classics like Madhouse, I am the Law, Fight’em Til you Can’t at the delight of the crowd, mostly in their thirties. The choice of playing Games of Thrones theme song may have less pleased the public, but the fact of playing an In the End interpretation in honor of Dio and Dimebag by displaying a flag of each of them, certainly moved people. The sounds cannot be outstanding in a place like CEPSUM, which is not made to receive music concert, so the songs were not as well rendered as they should be.

  
Guitarist, Scott Ian Rossenfeld, is also always energetic. He interacted with the crowd, up to the point where he asks for a joint to the fans, making the sign of someone smoking a joint. He has not lost his talent as a guitarist and always plays his explosive riffs. The other guitarist, Jonathan Donnais, moves a lot on the stage and walks from right to left while harmonizing with his colleague. Bassist, Frank Bello and drummer Jon Dette, are also very friendly and contributes to the frantic rhythm of Anthrax music. Digression here about the drummer; Jon Dette (Slayer, Testament) took the place of the usual drummer, Charlie Benante, who was unable to attend on this tour due to carpal tunnel problems.

  
Scott Ian Rossenfeld announced at the end of the show that Anthrax would release a new album and that they would soon return to Montreal. It was an exceptional performance with incredibly energetic, experienced musicians. No one could not lift his fist and not keep pace with his foot.

  
I did not know the Danish band Volbeat, but it seems to have a lot of fans because a lot of people wore the band t-shirts or strolling around with a Danish flag and many people were there for this band show.  Volbeat is a Hard Rock, Heavy Metal band that exists since 2001.  It includes Anders Kjolhom on bass, Jon Larsen on drums, Michael Poulsen on vocals and guitar and Robert "Rob" Caggiano on lead guitar. The scene was hidden behind a huge flag of the band during assembly and when the music started, a decor of a cemetery scene was unveiled to us with a flag of the band showing the gangster character that can be seen on the band's CD covers in the back of the stage. The decor was carrying us in the band's universe, and filled the scene.

  
From the first notes played by the band, the fans were screaming with happiness. The singer Michael Poulsen, addressed the crowd after two songs and we immediately saw his very friendly personality. He makes jokes to the public and takes the time to speak directly to the fans. Seeing a 7 or 8 years old boy who was on the shoulders of his father and who was not wearing a Volbeat t-shirt, he addressed himself to him and gave him a band t-shirt by throwing it straight for the boy grabs.

  
Volbeat music has a rather Hard Rock side then a Metal side. The riff of former Anthrax guitarist, Robert «Rob» Caggiano, brings a more metal aspect and the rhythms of drummer, Jon Larsen, can look like the rhythms of a heavy metal drummer.  Still, one can describe the band more as a metallic rock band. The guitar riffs are very melodic and catchy. The clean vocal of Poulsen are also very melodic and has very catchy choruses. I can understand why the group is popular. The songs are simply attractive and bearing with good viral energy.

  
Fans sang songs with Poulsen and he lets the crowd sing for him, holding them the microphone. He had a good time letting the crowd sing the chorus of a classic Johnny Cash song. His generosity to the public goes to letting young fans up on stage and borrowing someone jeans jacket in the audience to interpret his song. The fans love him very much and I can understand why given his friendly personality. The fact that he dedicated a song to BB King, who died overnight, left the crowd touched and brought warm applause to the group. It was a great initiative on the part of the group.

  
Volbeat hymns are intoxicating and the musicians are super friendly and dynamic which explains their popularity. Fans were delighted and I didn't see anyone leaving the CEPSUM without a smile.

Megaforce Records: http://megaforcerecords.com/
AEG Live Canada: http://www.aeglive.com/
 ©Québec-Métal