Alcatraz Festival 2018

Sunday, 30 August 2015

CD Critics: Dead Quiet - Dead Quiet (2015)


(English will follow)



Critique CD

Dead Quiet - Dead Quiet (2015)

Le groupe:
Kevin Keegan - Guitare et Voix
Brock MacInnes - Guitare
Aaron Gustafson - Basse
Jason Dana - Batterie

Les chansons:
1 - The Sorceress

2 - Foul Words

3 - God was Wrong

4 - My Finest Hour

5 - Remaining Remains

6 - Home is where you go to die

7 - The Fall of Me

8 - Let it Die

9 - A Thousands Lives

Dead Quiet est un groupe qui a vu le jour en 2014 et qui est originaire de l’ouest Canadien, plus précisément de la région de Vancouver. Malgré le fait que le groupe est tout jeune et nous arrive déjà avec un premier album éponyme, ses membres, eux n’en sont pas à leur premier méfait sur la scène métal. Qui se souviens de Barn Burner3 Inches of Blood ou bien Ancilients pour ne nommer qu’eux?  Et bien, ici on aura le droit à un registre complètement différent. Stoner Metal, Doom Metal, voir même, Groove Metal. Allons voir pièce par pièce ce que renferme ce premier méfait de Dead Quiet.

The Sorceress est la première chanson; un début lent mais qui deviendra vite dynamique, que ce soit de la rythmique imposée par les guitares ou bien par la batterie. Le tout incorporé par une voix foutrement sublime, un bon début qui laisse entrevoir que du bon. Foul Words a un côté nettement plus Doom Metal, nettement plus lent, mais sans jamais perdre ce petit côté dynamique qu’on a pu entendre sur la première chanson. Cette dernière possède un groove qui vient nous envouter et force le mouvement du corps instantanément. Du côté des percussions, tout simplement génial et puissant. God was Wrong débute de façon plus ambiancé et grâce à la guitare acoustique nous démontre un autre facette.  Effectivement, ici on a le droit à un mélange de sombre et de très heavy qui se fond extrêmement bien avec un certain aspect mélodique et acoustique. Un morceau fort bien travaillé mais aussi plaisant à écouter.  My Finest Hour est, selon moi, plus rock psychédélique dû à l’ambiance qui s’y dégage.  Le tout reste quand même très électrique où la guitare est nettement plus au-devant avec des petites incursions de solo ici et là.  Remaining Remains enchaine automatiquement avec des guitares mélodiques, mais méfiez vous, car la dynamique sera ici nettement plus sombre. Même du côté de la voix, on peut aisément ressentir cette noirceur. Home is where you go to Die lorgne du côté de la ballade; une chanson nettement plus rock que stoner, même si après 2 minutes de jeux le tout devient plus heavy.  Il en demeure pas moins que l’ensemble reste mélodique et même qu’à certaines occasions, vous pourrez y ressentir un certain effet Black Sabbath. The Fall of Me a su me surprendre grâce à l’ajout du banjo en toile de fond. C’est une pièce qui reste quand même assez mélodique et hyper ambiancée. On ressent sur cette dernière, un esprit qui vient vraiment des années 70.  Malgré sa lenteur c’est une chanson remplie de surprise, mais surtout remplie de talents de la part des membres du groupe. Jouer de ce style, pas vraiment évident tellement il y a divers ambiances toutes différentes les unes des autres, est tout un défi.  Let it Die reviens plus heavy.  Selon mon écoute, on pourrait y ressentir un certain Alice in Chains, mais en version Stoner Metal.  Sa dynamique et le groove qu’elle dégage, force le mouvement corporel instantanément.  La basse et la batterie combinées sont tout simplement sublime et apporte à la chanson ce petit groove tellement agréable d’écoute. A Thousand Lives est la dernière chanson de l’album et sort légèrement de son registre allant plus vers ce que The Doors pouvait faire à l’époque. N’empêche qu’il y a encore ce côté heavy et sur vitaminé.  Un excellent solo vient agrémenter le tout.

Pour un premier album, Dead Quiet a quand même réussi sa mission. Un bon mélange de style, à la fois heavy et groovy, stoner a souhait qui viens flirter avec le doom, mais qui n’a pas peur d’incorporer aussi des styles extérieurs qui donne une certaine saveur à l’ensemble des chansons. Une certaine énergie qui pourrait nous ramener dans les années 70, mais tout en restant très moderne dans sa production. Des musiciens de qualité avec beaucoup de bagages derrière eux.  Une section rythmique vraiment puissante et tout aussi efficace. De sublimes guitares qui apportent une certaine ambiance soit par les solos ou bien dans la rythmique. Du côté de la voix, Kevin Keegan est tout simplement génial car il peut nous amener là où il veut grâce aux émotions dégagées selon la chanson. Pour un premier album, mission accomplie.

Ma note: 8/10

Critique CD: Alain Labonte
Corrections de Texte: Mélanie Goulet
©Québec-Métal


CD Critic

Dead Quiet – Dead Quiet (2015)

The band:
Kevin Keegan - Guitar and Vocals
Brock MacInnes - Guitar
Aaron Gustafson - Bass
Jason Dana - Drums

Songs:
1 - The Sorceress

2 - Foul Words

3 - God Was Wrong

4 - My Finest Hour

5 - Remaining Remains

6 - Home is where you go to Die

7 - The Fall of Me

8 - Let it Die

9 - A Thousands Lives

Dead Quiet is a band that emerged in 2014 and who is from Western Canada, specifically from Vancouver. Despite the fact that the group is very young and has already arrived with a first album, its members are not at their first experience on the metal scene. Who remembers Barn Burner - 3 Inches of Blood or Ancilients to name a few? Well, here we have a completely different register; Stoner Metal, Doom Metal, and even, Groove Metal.   Let’s see, piece by piece the content of the first Dead Quiet album.

The Sorceress is the first song; a slow starts, but will quickly become dynamic, whether imposed by the rhythm guitars or by the drums. The all incorporated by a sublime voice.  A good start, suggesting good stuff to come.  Foul Words has a clearly more Doom Metal side, much slower, but without losing that little dynamic side you could hear in the first song. The latter has a groove that captivates you and forces your body in motion instantly. As for percussion, it is just great and powerful. God Was Wrong starts way more atmospheric and thanks to the acoustic guitar, it shows us another facet. Indeed, here we have the right for a mixture of dark and very heavy melting extremely well together with some melodic and acoustics appearance. A strong piece worked well but also pleasant to listen to. My Finest Hour is, I think, more psychedelic Rock due to the atmosphere that exudes from it.  Everything stays still pretty electric and the guitar is significantly present and forays small solo here and there. Remaining Remains automatically follows with melodic guitars, but beware because the dynamics will be much darker here. Even on the side of the voice, one can easily feel this darkness. Home Is Where You Go to Die is eyeing more on the side of a ballad; a much more Stoner Rock song, even if after 2 minutes, everything becomes heavier. It nonetheless remains very melodic and you will be able to feel, on some occasions, some Black Sabbath effect.  The Fall of Me has managed to surprise me with the addition of the banjo in the background. It's a piece that's still melodic enough and hyper atmospheric.  You feel on the latter, a spirit that truly comes from the 70s.  Despite its slowness, it’s a song full of surprises, but mostly full of talent from the group members. Playing this style, with so many various atmospheres each one different from the other is a challenge. Let it Die is heavier. In my listening, I could feel some Alice in Chains, but in a more Stoner Metal style.  The dynamic and groove released from it forces the body in movement instantly. The bass and drums combined are simply sublime and bring to the song this little groove so nice to listen to.  A Thousand Lives was the last song of the album and it’s slightly out of register, going more towards what The Doors could do at the time. Nonetheless there is still a heavy and hyper vitamins side to it. A great solo decorates the whole.

For a first album, Dead Quiet as managed its mission; A good blend of style, both Heavy and Groovy Stoner, also flirting with Doom and incorporating external styles that gives some flavor to all the songs. A certain energy that could bring us back in the 70s, while remaining very modern in its production.  Quality musicians with lots of luggage behind them.  A really powerful and just as effective rhythm section.  Sublime guitars that bring a certain atmosphere either by solos or in rhythm. In terms of voice, Kevin Keegan is just great because it can take us where he wants through the emotions released by the song. For a first album, mission accomplished.

My rating: 8/10

Cd Critics by Alain Labonte
Translation by Mélanie Goulet
©Québec-Métal

Tuesday, 25 August 2015

Motocultor Festival - Photos of Day 3 - august 16th 2015 (St-Nolff - France)


Voici les photos du jour 3 du Motocultor qui se déroula le 16 août 2015 (St-Nolff en France)
Here is some live photos of the Motocultor 2015 - day 3 august 16th (St-Nolff - France)

Photos by Alain Labonte from Québec-Métal
 ©Québec-Métal 

HEXECUTOR 

DEFICIENCY 

CLITEATER 

VERBAL RAZORS 

ALCEST 

DOPETHRONE 

ANTROPOMORPHIA 

KATAKLYSM 

KRISIUN 

SEPULTURA 

TRIVIUM

Encore plus de photos sur la page Facebook de Québec-Métal
More photos on the Québec-Métal Facebook page
 
 

Motocultor Festival - Photos of Day 2, august 15th 2015 (St-Nolff - France)


Voici les photos du jour 2 du Motocultor qui se déroula le 15 août 2015 (St-Nolff en France)
Here is some live photos of the Motocultor 2015 - day 2 august 15th (St-Nolff - France)

Photos by Alain Labonte from Québec-Métal
©Québec-Métal 

ARCANIA 

CRISIX 

AVULSED 

KRONOS 

ANGELUS APATRIDA 

ONE LAST SHOT 

TANKARD 

SODOM 

CARCASS 

DEATH DTA

Encore plus de photos sur la page Facebook de Québec-Métal
More photos on the Facebook page of Québec-Métal


Motocultor Festival Photos of Day 1 (St-Nolff - France august 14th 2015)


Voici les photos du jour 1 du Motocultor qui se déroula le 14 août 2015 (St-Nolff en France)
Here is some live photos of the Motocultor 2015 - day 1 august 14th (St-Nolff - France)


Photos: Alain Labonte from Québec-Métal
  ©Québec-Métal


BELENOS 

PSYKUP 

KILLERS 

ANCIENT RITES

HEART ATTACK 

STICKY BOYS 

SOLSTAFIR 

ABORTED 

FINNTROLL 

PENTAGRAM

Encore plus de photos sur la page Facebook de Québec-Métal
More photos on the Québec-Métal Facebook page


Friday, 7 August 2015

CD Critics: Kataklysm - Of Ghosts and Gods (2015)


(English will follow)


Critique CD

Kataklysm - Of Ghosts and Gods (2015)

Le groupe:
Maurizio Iacono - Voix
Jean-Francois Dagenais - Guitare
Stéphane Barbe - Basse
Oli Beaudoin - Batterie

Les chansons:
01 - Breaching the Asylum

02 - The Black Sheep

03 - Marching Through Graveyards

04 - Thy Serpent’s Tongue

05 - Vindication

06 - Soul Destroyer

07 - Carrying Crosses

08 - Shattered

09 - Hate Spirits

10 - The World is a Dying Insect

Kataklysm, qui est probablement avec Voivod, le groupe le plus représentatif du Québec sur la scène métal mondial, nous arrive aujourd’hui avec un nouvel album intitulé Of Ghosts and Gods. Avec des albums en béton, comme Prevail ou Heaven’s Venom et une discographie fort impressionnante qu’on ne peut ignorer, le groupe a même poussé l’audace de nous surprendre avec un concept inhabituel dans le milieu du Death métal, voir même dans le métal en général; c’est-à-dire de sortir un vidéoclip par chanson qui est sur l’album pour un total de dix vidéoclip en tout.
On n’a pas eu à attendre trop longtemps pour un nouvel album de Kataklysm car le dernier album en titre, Waiting for the End to Come est paru en 2013. Cet album, qui a mon avis, n’était pas à la hauteur de ces prédécesseurs, a fait que mon attente était vraiment haute face à Of Ghosts and Gods. Allons voir, justement, ce que renferme ce nouvel opus.

Le tout commence par la chanson Breaching the Asylum. L’intro parlé amène en toile de fond la musique et dès le départ on ressent immédiatement la puissance qui s’y dégage. Du pur Death métal à la sauce Kataklysm, à la fois lente par moment et à du blast beat puissant et direct à d’autre. La voix me semble sombre et s’imbrique bien dans la pièce. The Black Sheep est direct et à son écoute, je me mets à tourner la tête et headbanger. Cette dernière a quand même un certain aspect mélodique par moment qui donne une belle saveur à la chanson. Sur scène, The Black Sheep , va faire des ravages auprès des amateurs, c’est garanti.  Après une sombre introduction Marching Through Graveyards, démarre puissamment et sans compromis. La guitare est vraiment efficace dans sa rythmique et comme toujours, la batterie est hyper rapide. Du pur Death métal, qui encore une fois ravagera tout sur son passage. The Serpent’s Tongue me fait penser, au départ, à du Sepultura due à la sonorité, mais revient vite là ou Kataklysm s’y connait et à sa propre identité; un Death métal rythmé, puissant et heavy lorgnant quasiment du côté du Thrash métal par moment. Vindication revient avec des blast beats de l’enfer. Un certain côté sombre se dégage de la guitare et de la basse, sans jamais perdre une seule seconde de puissance dans sa rythmique. Soul Destroyer  me fait penser à la période Prevail avec son rythme mais aussi grâce à la dynamique imposée par la voix. Elle me fait headbanger sur le champ et encore une fois, à force de me répéter, elle aussi, fera des ravages auprès des amateurs en situation live. Carrying Crosses a elle aussi une rythmique infernale, plus lente et mélodique. Mais attention, on parle de rythmique ici, car la chanson demeure quand même extrêmement sombre et efficace. Shattered a plusieurs changements de rythmiques, mais demeure fortement dur et heavy. Hate Spirit vient  avec une rythmique vraiment rapide et destructrice. C’est du headbanging garanti à certain moment et la voix nous transporte dans un monde sombre. Ici tout y est; même la basse fait des siennes, au plus grande plaisirs de mes oreilles.  The World is a Dying Insect est la dernière pièce de l’album. Un début nettement plus atmosphérique qui va nous emmener vers un monde plus lent mais tout aussi efficace. Sur cette dernière, on a le droit à tout ; mélodie, puissance, rythmique endiablé. Un vrai régal.

Avec Of Ghosts and Gods, Kataklysm nous démontre que le groupe a encore beaucoup dans ses bagages et continue d’évoluer au sein de la scène Death métal mondiale. La guitare de Jean-Francois Dagenais est tout simplement magistrale et puissante. Du côté de la voix, on a un Maurizio Iacono vraiment en forme. Ses chants puissants réussissent à nous emmener dans un autre univers. Que dire de la batterie qui est extrêmement puissante et rapide ainsi que des parties de basse qu’on peut ressentir ici et là. Dix chansons de qualité dont certaines sont taillées sur mesure pour la scène et qui comme un tsunami détruiront tout sur leurs passages. Un album à se procurer d’urgence et fortement recommander par Québec-Métal.

Ma Note: 8.5/10

Critique: Alain Labonte
Correction de texte: Mélanie Goulet
 ©Québec-Métal



  
CD Critic

Kataklysm - Of Ghosts and Gods (2015)

The band:
Maurizio Iacono - Voice
Jean-Francois Dagenais - Guitar
Stephane Barbe -Bass
Oli Beaudoin -Drums

Songs:
01 - Breaching the Asylum

02 - The Black Sheep

03 - Marching Through Graveyards

04 - Thy Serpent's Tongue

05 - Vindication

06 - Soul Destroyer

07 - Carrying Crosses

08 - Shattered

09 - Hate Spirits

10 - The World is a Dying Insect

Kataklysm, with Voivod, who is probably the most representative group from Quebec in the world metal scene, comes to us today with a new album entitled Of Ghosts and Gods. With strong albums such as Prevail and Heaven's Venom and with a very impressive discography that can’t be ignored, the group even had the audacity to surprise us with an unusual concept in the Death Metal world, or even in metal world in general; that is to say to release a music video for each song on the album which is a total of ten video clips in all.  We did not have to wait too long for another Kataklysm album, because the last album, Waiting for the End to Come appeared in 2013. This album, which I think, was not up to the predecessors, made my expectations really high for Of Ghosts and Gods. Let's see precisely what is in this new opus.

It begins with the song Breaching the Asylum. The spoken intro brings in background the music and from the start you can immediately feel the power that emerges there. Pure Kataklysm Death Metal, both slow sometimes and with powerful and direct blast beat by other times. The voice seems dark and interweaves well into the song. The Black Sheep is direct and listening to it, made me turn my head and headbang. The latter still has some melodic aspect which gives a nice flavor to the song. On stage, The Black Sheep will wreak havoc with fans, guaranteed. After a dark introduction Marching Through Graveyards, starts powerfully and without compromise. The guitar is very effective in its rhythm and as always, the battery is super fast. Pure Death Metal, again, ravaging everything in its path. The Serpent's Tongue reminds me initially of Sepultura due to the sound, but then quickly returns to what Kataklysm is know for and to his own identity; a rhythmic powerful Death Metal with Thrash components eyeing the side at times. Vindication brings us the blast beats from hell which is a Kataklysm characteristic. A dark side emerges from the guitar and bass, never losing a single second of power in its rhythm. Soul Destroyer reminds me of the period of Prevail with his pace but also thanks to the dynamics imposed by the voice. It makes me headbang on the spot and again, by dint of repetition, it will wreak havoc with fans in live situation. Carrying Crosses also has an infernal rhythm, slower and melodic. But beware; here we are talking about rhythm, because the song still remains extremely dark and effective. Shattered has several changes of rhythm, but remains strongly hard and heavy. Hate Spirit comes with a really fast and destructive rhythm. This is guaranteed headbanging to some point and the voice transports us into a dark world.  Here everything is there; even the bass is going wild, to the greater pleasures of my ears. The World is a Dying Insect is the final piece of the album. It has a much more atmospheric beginning that will take us to a slower world but equally effective. On the latter, we have the right to everything; melody, power, frenzied rhythm. A real treat.

With Of Ghosts and Gods, Kataklysm shows us that the band still has a lot in his luggage and continues to evolve in the World Death Metal scene. The guitar play of Jean-Francois Dagenais is simply masterful and powerful. On the side of the voice, Maurizio Iacono is up to the expectations. His powerful voice manages to take us into another world.  The drum play is super powerful and fast and the bass parts you can feel heavily here and there. Ten quality songs, some of which are tailored to the scene and like a tsunami will destroy everything in their path. An album you have to quickly get and that is strongly recommended by Québec-Métal.

My Rating: 8.5 / 10

Critic: Alain Labonte
Translation: Mélanie Goulet
 ©Québec-Métal