Bloodstock Festival 2018

Friday, 29 November 2013

Cd Critics : Erimha - Reign Through Immortality (2013)


French Version Only !!!!
 

Critique CD

Erimha - Reign Through Immortality (2013)

Le Groupe :

Gore - Voix
Kthien - Guitare
Diusternas - Guitar
Ksaos - Drums

Bassiste de studio : Chris Donaldson (Cryptopsy-Mythosis)
Bassiste de session live : Leather King


Les chansons :

1 - Enlightenment
2 - Ascetic
3 - Condemned To Desolation
4 - Bewildering Nightmare
5 - Metaphysic Countenance
6 - The Ritual Of Internicion
7 - Verdict Of The Soul
8 - Saunter To Extinction
9 - Cataclysmic Tides
10 - Metempsychosis


Erimha est un groupe de la région de Montréal, le groupe officie dans un registre très « symphonic black metal », fort d'un premier album nommé « Irkalla » et qui était fort bien réussi, ce qui leurs a permis de se faire remarquer par les amateurs du genre, mais aussi par « Victory Records » qui en 2013 sortira leur nouvelle offrande qu'est « Reign Through Immortality » voyons maintenant ce que ce dernier effort nous offre !!!

Le tout débute par l'intro « Enlightenment », assez cinématographique, nous laisse présagé une histoire fantastique, puis débute « Ascetic », une entrée assez directe qui trace la ligne directrice que suivra l'album, très symphonique par son approche avec les claviers, mais aussi par la rapidité de la batterie, un mélange très homogène, voix très théâtrale, mais hyper efficace, c'est suivi aussitôt par « Condemned To Desolation » qui est la suite logique de la première chanson, l'osmose entre les coeurs, le clavier et la noirceur du « black metal » est superbe, on se croirait dans un conte cinématographique, les guitares sont assez rythmées et efficace, « Bewildering Nightmare » les coeurs toujours omni présent, le clavier donne toujours l'impression de se promener dans une histoire fantastique, mais ou cette fois l'action est plus grande, en effet, le rythme as monté d'un cran, nettement plus « heavy et sombre " mais tout en gardant son coté symphonique, « Metaphysic Countenance » as un coté plus mélodieux sans perdre sont coté noir du « black metal », malgré sa mélodie, le groupe a su gardé une certaine agressivité sur la pièce, « The Ritual Of Internicion » est plus direct, plus rentre-dedans comme on dit, très rapide, mais a certain moment sait donner un répit a l'auditeur, mais attention quand je dis répit, je ne dis pas de la pop, non vers la fin la chanson deviens plus mélodique, mais ne perd jamais sont coté sombre et « heavy », « Verdict Of The Soul », dans cette dernière on peut y entendre aisément la mélodie de la guitare et une narration fort bien faite. « Saunter To Extinction » débute tel un film du « Roi Scorpions » ou de cette époque, qui part dans une conquête dans le désert, complètement instrumental et fort bien fait, a voir dans une future bande cinématographique de films, car elle s'y porte bien, « Cataclysmic Tides » viens ensuite replacer le tout, rythme effréné et très rapide, très bonne guitare et la batterie très efficace, probablement ma préférée de l’album sans dénigré la qualité des autres pièces, « Metempsychosis » viens clore l'album, plus progressive par sa durée, en effet elle est la plus longue de l'album, tout près de 10 minutes, dans cette dernière il y a un condensé complet de tout ce que l'album est en général, un moment ce sont les orchestrations qui prenne le dessus, as un autre, les guitares nous donnent un rythme très heavy et soutenu, la voix est magnifique pour du « black metal », même as un moment de la pièce, une voix claire apparait, une pièce longue, mais fort bien réussie.


Reign Through Immortality est un album fort réussi et as la particularité, qu'on ne connaisse ni l'anglais ou déchiffré les voix « black » de nous emmener dans une histoire, moi même je me suis fait prendre, car tout au long de l'écoute de l'album, je visualisais une action dans des lieux comme le désert du Sahara ou voire même une quête fantastique du Roi Scorpions ou toute autres histoire du genre, car effectivement les orchestrations sont très bien faites, les coeurs placer au bon endroit, la construction des pièces font en sorte de nous emmener dans cette histoire, coté voix, c'est très bien fait, à la fois criard et sombre, le chanteur maitrise bien son organe sur cet album, naturellement, l'orchestration et la batterie sont prédominante sur cet album, mais ne faut rien enlever aux guitares qui font un travail énorme, à la fois « heavy » et rapide et tantôt mélodieux, les orchestrations sont faites par Fred Malizia et par Jonathan Lefrancois-Leduc (ex-Blackguard), le tout enregistré par Chris Donaldson (Cryptopsy-Mythosis), un album fort réussi qui mérite d'être entendu et d'être souligné, merci a Leather King (bassiste live et chanteur de Dark Century) pour les précisions supplémentaires a mon compte rendu.

Ma Note 8.5/10


https://www.reverbnation.com/erimha

Alain Labonte (Québec-Métal)

No comments:

Post a Comment