Alcatraz Festival 2018

Sunday, 30 August 2015

CD Critics: Dead Quiet - Dead Quiet (2015)


(English will follow)



Critique CD

Dead Quiet - Dead Quiet (2015)

Le groupe:
Kevin Keegan - Guitare et Voix
Brock MacInnes - Guitare
Aaron Gustafson - Basse
Jason Dana - Batterie

Les chansons:
1 - The Sorceress

2 - Foul Words

3 - God was Wrong

4 - My Finest Hour

5 - Remaining Remains

6 - Home is where you go to die

7 - The Fall of Me

8 - Let it Die

9 - A Thousands Lives

Dead Quiet est un groupe qui a vu le jour en 2014 et qui est originaire de l’ouest Canadien, plus précisément de la région de Vancouver. Malgré le fait que le groupe est tout jeune et nous arrive déjà avec un premier album éponyme, ses membres, eux n’en sont pas à leur premier méfait sur la scène métal. Qui se souviens de Barn Burner3 Inches of Blood ou bien Ancilients pour ne nommer qu’eux?  Et bien, ici on aura le droit à un registre complètement différent. Stoner Metal, Doom Metal, voir même, Groove Metal. Allons voir pièce par pièce ce que renferme ce premier méfait de Dead Quiet.

The Sorceress est la première chanson; un début lent mais qui deviendra vite dynamique, que ce soit de la rythmique imposée par les guitares ou bien par la batterie. Le tout incorporé par une voix foutrement sublime, un bon début qui laisse entrevoir que du bon. Foul Words a un côté nettement plus Doom Metal, nettement plus lent, mais sans jamais perdre ce petit côté dynamique qu’on a pu entendre sur la première chanson. Cette dernière possède un groove qui vient nous envouter et force le mouvement du corps instantanément. Du côté des percussions, tout simplement génial et puissant. God was Wrong débute de façon plus ambiancé et grâce à la guitare acoustique nous démontre un autre facette.  Effectivement, ici on a le droit à un mélange de sombre et de très heavy qui se fond extrêmement bien avec un certain aspect mélodique et acoustique. Un morceau fort bien travaillé mais aussi plaisant à écouter.  My Finest Hour est, selon moi, plus rock psychédélique dû à l’ambiance qui s’y dégage.  Le tout reste quand même très électrique où la guitare est nettement plus au-devant avec des petites incursions de solo ici et là.  Remaining Remains enchaine automatiquement avec des guitares mélodiques, mais méfiez vous, car la dynamique sera ici nettement plus sombre. Même du côté de la voix, on peut aisément ressentir cette noirceur. Home is where you go to Die lorgne du côté de la ballade; une chanson nettement plus rock que stoner, même si après 2 minutes de jeux le tout devient plus heavy.  Il en demeure pas moins que l’ensemble reste mélodique et même qu’à certaines occasions, vous pourrez y ressentir un certain effet Black Sabbath. The Fall of Me a su me surprendre grâce à l’ajout du banjo en toile de fond. C’est une pièce qui reste quand même assez mélodique et hyper ambiancée. On ressent sur cette dernière, un esprit qui vient vraiment des années 70.  Malgré sa lenteur c’est une chanson remplie de surprise, mais surtout remplie de talents de la part des membres du groupe. Jouer de ce style, pas vraiment évident tellement il y a divers ambiances toutes différentes les unes des autres, est tout un défi.  Let it Die reviens plus heavy.  Selon mon écoute, on pourrait y ressentir un certain Alice in Chains, mais en version Stoner Metal.  Sa dynamique et le groove qu’elle dégage, force le mouvement corporel instantanément.  La basse et la batterie combinées sont tout simplement sublime et apporte à la chanson ce petit groove tellement agréable d’écoute. A Thousand Lives est la dernière chanson de l’album et sort légèrement de son registre allant plus vers ce que The Doors pouvait faire à l’époque. N’empêche qu’il y a encore ce côté heavy et sur vitaminé.  Un excellent solo vient agrémenter le tout.

Pour un premier album, Dead Quiet a quand même réussi sa mission. Un bon mélange de style, à la fois heavy et groovy, stoner a souhait qui viens flirter avec le doom, mais qui n’a pas peur d’incorporer aussi des styles extérieurs qui donne une certaine saveur à l’ensemble des chansons. Une certaine énergie qui pourrait nous ramener dans les années 70, mais tout en restant très moderne dans sa production. Des musiciens de qualité avec beaucoup de bagages derrière eux.  Une section rythmique vraiment puissante et tout aussi efficace. De sublimes guitares qui apportent une certaine ambiance soit par les solos ou bien dans la rythmique. Du côté de la voix, Kevin Keegan est tout simplement génial car il peut nous amener là où il veut grâce aux émotions dégagées selon la chanson. Pour un premier album, mission accomplie.

Ma note: 8/10

Critique CD: Alain Labonte
Corrections de Texte: Mélanie Goulet
©Québec-Métal


CD Critic

Dead Quiet – Dead Quiet (2015)

The band:
Kevin Keegan - Guitar and Vocals
Brock MacInnes - Guitar
Aaron Gustafson - Bass
Jason Dana - Drums

Songs:
1 - The Sorceress

2 - Foul Words

3 - God Was Wrong

4 - My Finest Hour

5 - Remaining Remains

6 - Home is where you go to Die

7 - The Fall of Me

8 - Let it Die

9 - A Thousands Lives

Dead Quiet is a band that emerged in 2014 and who is from Western Canada, specifically from Vancouver. Despite the fact that the group is very young and has already arrived with a first album, its members are not at their first experience on the metal scene. Who remembers Barn Burner - 3 Inches of Blood or Ancilients to name a few? Well, here we have a completely different register; Stoner Metal, Doom Metal, and even, Groove Metal.   Let’s see, piece by piece the content of the first Dead Quiet album.

The Sorceress is the first song; a slow starts, but will quickly become dynamic, whether imposed by the rhythm guitars or by the drums. The all incorporated by a sublime voice.  A good start, suggesting good stuff to come.  Foul Words has a clearly more Doom Metal side, much slower, but without losing that little dynamic side you could hear in the first song. The latter has a groove that captivates you and forces your body in motion instantly. As for percussion, it is just great and powerful. God Was Wrong starts way more atmospheric and thanks to the acoustic guitar, it shows us another facet. Indeed, here we have the right for a mixture of dark and very heavy melting extremely well together with some melodic and acoustics appearance. A strong piece worked well but also pleasant to listen to. My Finest Hour is, I think, more psychedelic Rock due to the atmosphere that exudes from it.  Everything stays still pretty electric and the guitar is significantly present and forays small solo here and there. Remaining Remains automatically follows with melodic guitars, but beware because the dynamics will be much darker here. Even on the side of the voice, one can easily feel this darkness. Home Is Where You Go to Die is eyeing more on the side of a ballad; a much more Stoner Rock song, even if after 2 minutes, everything becomes heavier. It nonetheless remains very melodic and you will be able to feel, on some occasions, some Black Sabbath effect.  The Fall of Me has managed to surprise me with the addition of the banjo in the background. It's a piece that's still melodic enough and hyper atmospheric.  You feel on the latter, a spirit that truly comes from the 70s.  Despite its slowness, it’s a song full of surprises, but mostly full of talent from the group members. Playing this style, with so many various atmospheres each one different from the other is a challenge. Let it Die is heavier. In my listening, I could feel some Alice in Chains, but in a more Stoner Metal style.  The dynamic and groove released from it forces the body in movement instantly. The bass and drums combined are simply sublime and bring to the song this little groove so nice to listen to.  A Thousand Lives was the last song of the album and it’s slightly out of register, going more towards what The Doors could do at the time. Nonetheless there is still a heavy and hyper vitamins side to it. A great solo decorates the whole.

For a first album, Dead Quiet as managed its mission; A good blend of style, both Heavy and Groovy Stoner, also flirting with Doom and incorporating external styles that gives some flavor to all the songs. A certain energy that could bring us back in the 70s, while remaining very modern in its production.  Quality musicians with lots of luggage behind them.  A really powerful and just as effective rhythm section.  Sublime guitars that bring a certain atmosphere either by solos or in rhythm. In terms of voice, Kevin Keegan is just great because it can take us where he wants through the emotions released by the song. For a first album, mission accomplished.

My rating: 8/10

Cd Critics by Alain Labonte
Translation by Mélanie Goulet
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment