Alcatraz Festival 2018

Monday, 3 November 2014

Review: Arch Enemy (live in Montréal, oct 27th 2014)


Arch Enemy au Métropolis
Par Isanielle Enright 
(english will follow)

Il n'y a pas de meilleure façon de se débarrasser du blues du lundi que d'aller à un spectacle. Euh ... En fait, oui, il y en a une: Aller à un spectacle Arch Enemy au Métropolis mettant également en vedette Starkill, Huntress et Kreator. C’est comme avoir un buffet de talent livré directement à sa porte. Pincez-moi.

Starkill. Parker Jameson: Voix, Guitare, Claviers | Spencer Weidner: Batterie | Tony Keathley: Guitares | Shaun Andruchuk: Guitare basse

Le groupe de melodeath américain Starkill était là pour commencer la soirée. Il est presque impossible de penser que ces gars-là ont sorti leur premier album il y a seulement deux ans. Livrée avec talent, leur musique faisait penser au Children of Bodom des premières années et leur présence sur scène était tout simplement géniale. Les harmonies vocales et les subtils effets sur la voix jumelés aux flambées mélodiques sur le clavier complétaient parfaitement leurs riffs de guitare fous et les rythmes d’une précision chirurgicale.

En tournée avec Arch Enemy pour promouvoir leur nouvel album, Virus of the Mind, ils ont fini leur ensemble avec le single de l’album, Breaking the Madness. Ils ont également pris le temps de remercier tout le monde pour l'enthousiasme manifesté pour leur musique et leur présence aussi tôt dans la soirée pour soutenir un nouveau groupe à leurs débuts sur la scène internationale. Mes réflexions sur leur partie du concert: Pourquoi personne ne m’a parlé de Starkill avant? Rendez-vous service et allez découvrir cet excellent groupe.

Pour en savoir plus sur le groupe: 
https://www.facebook.com/StarkillOfficial 


Huntress. Jill Janus: Voix | Blake Meahl: Guitare | Eli Santana: Guitare | Ian Alden: Guitare basse | Carl Wierzbicky: Batterie

Huntress suivit peu de temps après que Starkill ait quitté la scène, laissant une foule en liesse et visiblement conquise à la formation californienne. Jill montait sur la scène avec un costume complet, ses épaulettes de pics agrémentés d’une cape et de pantalons de cuirette noirs moulants, déroulant sur ses lignes vocales sulfureuses avec une attitude féline. Elle avait quelque chose de sauvage à bien des égards, tant par son attitude que son chant tantôt guttural, tantôt imprégné du vibrato classique du heavy métal. Le ton généralement heavy metal classique des arrangements était efficace, très bien exécuté et a été certainement apprécié par la foule.

Ils ne sont peut-être pas encore internationalement connus, mais ils ont ouvert pour tant de grands actes et leur spectacle est si divertissant, je crois qu'il ne s’agit que d’une question de temps. Je veux dire, rien ne peut remplacer une séduisante demoiselle accompagnée par des musiciens de talent chantant une chanson co-écrite par Lemmy de Motorhead intitulée I Want to Fuck You to Death. Ils nous ont aussi invités à, et je cite, "remplir nos bongs d’étoiles et fumer des galaxies avec eux" avant de terminer leur set avec Snow Witch dans un tonnerre d'applaudissement.

Pour en savoir plus sur le groupe:
Kreator. Miland "Mille" Petrozza: Voix, guitares | Jürgen "Ventor" Reil: Batterie, voix | Christian "Speesy" Giesler: Guitare basse | Sami Yli-Sirniö: Guitares

Il y a eu quelques vagues dans communauté métal quant à savoir si Kreator aurait dû être affiché en tant que groupe principal pour cette tournée à la place d’Arch Enemy ou non. À mon avis, les deux groupes étaient en co-tête d'affiche. Kreator sera en tête de leur tournée européenne avec Arch Enemy en tant que groupe de support principal et ouvrait pour ceux-ici en Amérique.

Le spectacle en lui-même s’est très bien déroulé. Ils ont frappé la scène de plein fouet devant une foule scandant leur nom d’une seule voix et dès que les premiers effets de sons et lumières un pit massif s’est formé au milieu de la salle. Je m'attendais toutefois à voir plus de gens présents pour Kreator. Ces gars-là apportent quelque chose de vraiment unique sur la scène métal, leur thrash metal infusé de rythmes tribaux chatouillent toujours le côté sauvage de votre humble journaliste et leurs riffs acérés témoigne de leur immense talent.

Leçon de la soirée: Un wall of death est le meilleur remède pour se défaire du blues du lundi! 

Pour en savoir plus sur le groupe:  
http://kreator-terrorzone.de/ 
https://www.facebook.com/KreatorOfficial 


Arch Enemy. Alyssa White-Gluz: Chant | Michael Amott: guitares | Nick Cordle: Guitares | Sharlee D'Angelo: Basse | Daniel Erlandsson: Drums

Chanteur/chanteuse principal/e doit être le poste le plus difficile à remplacer et le fait que ce changement majeur dans Arch Enemy n’ait ni entravé leur échéancier ni nuit à leur carrière en dit long sur le talent d’Alyssa White-Gluz en tant que vocaliste. De toute évidence heureuse d'être de retour dans sa ville natale pour une nuit, nous avons pu la voir se donner à 100% et le rendu se voulait très intime. Les fans qui s’attendaient une réplique exacte du vocal guttural d'Angela auraient été déçus, mais ils ne semblaient pas être présent ce soir-là et Alyssa s’est visiblement appropriée l’ensemble de leur discographie car les chansons semblaient lui appartenir toutes entières.

Adressant à la foule en français pour l'ensemble du spectacle, elle a chanté un mélange de nouvelles chansons et de classiques avec maîtrise, tandis que les mains d’Amott et Cordle dansaient sur leurs manches de guitare. Les rythmes d’Erlandsson, d’une précision à couper le souffle, comme toujours, ont été parfaitement complémentés par le tonnerre rugissant d’Angelo à la basse. Avec leur nouvelle chanteuse déployant fièrement le drapeau flanqué du logo du groupe, ce-dernier semblait en confiance et prêt à brûler les planches du Métropolis. Quant à Alyssa, elle avait l'air sincèrement heureuse d’être là, combinant le drapeau du Québec avec celui de sa nouvelle famille avec fierté et du feu dans la voix.

Terminant la soirée avec Nemesis et Fields of Desolation pour leur deuxième rappel, Arch Enemy laissait présager une longue carrière empreinte de prospérité avec leur nouvelle chanteuse.

Pour en savoir plus sur le groupe:
Review : Isanielle Enright
Photos : Alain Labonte
Plus de photos sur la page facebook de Québec-Métal
https://www.facebook.com/pages/Québec-Métal/252549814787919 
©Québec-Métal


Arch Enemy at the Metropolis
By Isanielle Enright

There is no better way to wash away the Monday blues than to go to a show. Wait...Actually, yes, there is: Going to an Arch Enemy show at the Metropolis also starring Starkill, Huntress and Kreator. This is like a neverending buffet of awesomeness delivered to your doorstep. Pinch me.

Starkill. Parker Jameson: Vocals, Lead guitar, Keyboards | Spencer Weidner: Drums | Tony Keathley: Rhythm guitars | Shaun Andruchuk: Bass guitar

American melodeath band Starkill was there to start the evening. It’s almost impossible to think these guys released their first album only two years ago. Packed with talent, their music was reminiscent of the early day of Children of Bodom and their stage presence was simply awesome. Vocal harmonies and light sound effects paired with soaring melodies on the keyboard complemented perfectly their crazy guitar licks and razor sharp rhythms.

Touring with Arch Enemy to promote their new album, Virus of the Mind, they ended their set with the album’s single, Breaking the Madness. They also took the time to thank everybody for the enthusiasm shown for their music and showing up early to support a new band making their debut on the international scene. All I could think of was: Why wasn’t I told about these guys? Do yourself a favor, go check them out.

To learn more about the band:
https://www.facebook.com/StarkillOfficial


Huntress. Jill Janus: Vocals | Blake Meahl: Lead guitar | Eli Santana: Rhythm guitar | Ian Alden: Bass | Carl Wierzbicky: Drums

Huntress followed shortly after Starkill left a conquered, cheering crowd. Jill walked on stage with a full costume, spiked shoulders, cape and black leathered skin tight pants, sultrily rolling out her vocal lines. She was wild in so many ways, sometimes screaming and growling, other times singing powerfully in a classic heavy metal vibrato.Their performance was efficient, very enjoyable and was definitely appreciated by the crowd.

They may not be internationally well known yet, but they have opened for so many big acts and their own show is so entertaining I believe it’s only a matter of time. I mean, nothing beats a good looking lady and some talented musicians singing a song co-written by Lemmy from Motorhead...Especially if its titled I Want to Fuck You to Death. They also invited us to, and I quote, “pack our bongs with stars and smoke the galaxies together” before ending their set with Snow Witch in a roar of applause.

To learn more about the band:

Kreator. Miland "Mille" Petrozza: Vocals, guitar | Jürgen "Ventor" Reil:Drums, vocals | Christian "Speesy" Giesler: Bass guitar | Sami Yli-Sirniö: Guitar

There has been a stir in the metal community as to whether Kreator should have headlined for that show or not. The way I see it, both bands were co-headlining the evening. Kreator will be headlining their European tour with Arch Enemy as their main support band and was opening for them here in America.

The show itself went extremely well. They hit the stage in front of a crowd chanting their name and cheering relentlessly and as soon as the light show started a massive pit formed on the middle of the floor. However, I was expecting more people to show up for Kreator. These guys bring something truly unique to the table, their tribal-infused thrash metal always tickles the savage side of yours truly and their razor-sharp riff testifies of their immense talent.

And they taught me something valuable: A wall of death is the ultimate cure for the Monday blues!


Arch Enemy. Alyssa White-Gluz: Vocals | Michael Amott: guitars | Nick Cordle: Guitars | Sharlee D’Angelo: Bass guitar | Daniel Erlandsson: Drums

Frontman/woman has got to be the most delicate position to fill in and the fact that such a major change in Arch Enemy’s lineup does not seem to have hindered the band’s success tells a lot about Alyssa White-Gluz’s talent as lead singer. Obviously happy to be back in her hometown for a night, we got to see a great and very intimate show. Fans that are expecting an exact vocal replica of Angela’s growls will be disappointed, but they didn’t seem to be present that night and Alyssa made these songs her own.

Addressing the crowd in French for the whole set, she sang both new songs and classics alike with true mastery, while Amott and Cordle’s hands danced on their guitar necks. Erlandsson’s rhythms, as tight as always, were perfectly complemented by D’Angelo’s roaring thunder on the bass. With their new singer proudly waving the Skeleton gear flag, the band felt whole, confident and ready to tear up the Metropolis. As for Alyssa, she seemed genuinely happy, combining the Provincial flag along with her new family’s, waving both with pride and singing with fire in her breath.

The two encores ended with Nemesis and Fields of Desolation and I went home with the feeling Arch Enemy is going to have a very long and prosperous career with their new singer.

To learn more about the band:
Review: Isanielle Enright
Photos: Alain Labonte
More photos on Québec-Métal Facebook page :
https://www.facebook.com/pages/Québec-Métal/252549814787919 
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment