Alcatraz Festival 2018

Tuesday, 4 March 2014

CD Critics : Kill of Rights - Sign of the Crimes (2014)

French version only !!



Critique CD

Kill of Rights - Sign of the Crimes (2014)

Le groupe:

Jacques Dupuis - Voix
Eddie Shahini - Guitare
Bill Thompson - Guitare
Kiran Mehta - Basse
Marc Prevost - Drums

Les chansons:

01 - Carnage
02 - One Way Out
03 - Buried Alive
04 - Shadows in the Dark
05 - Electric Chair
06 - Black Gold
07 - Echoes from Within
08 - Ghost Town
09 - Smog
10 - Wake
11 - What Justice?
12 - Less Than Human
13 - Kissed Goodbye

Kill of Rights est un nouveau groupe sur la scène métal Québécoise mais ses membres eux n’en sont pas à leurs premiers méfaits.  En effet Kill of Right est le nouveau-né d’ Eddie Shahini ancien guitariste de DBC (Dead Brain Cell) qui a incorporer en son sein une plénitude de bon musicien pour partir ce dernier groupe.  Le tout à débuter en 2009 et certains changements de musicien ont dû survenir avant d’arriver finalement aujourd’hui avec cet album qu’est Sign of the Crimes.     A quoi devons-nous nous attendre de ce dernier.  C’est ce que nous allons voir maintenant pièce par pièce.

Le tout débute par la pièce Carnage.  Une introduction similaire a un son de gare ferroviaire et soudainement le titre part lentement et graduellement le rythme s’accélère  et nous emporte immédiatement vers un heavy thrash.  La batterie offre un rythme quasi militaire avant que les guitares nous fassent penser directement au années 80, un excellent groove de ces derniers.  Du côté chant, la voix est plus en retrait comparer aux autres instruments mais n’est pas moins efficace pour autant.  Des passages mélodiques ici et là mais la chanson demeure toujours heavy à souhait.  One Way Out à un rythme plus soutenue mais le groove déjà imposer reste le même et demeure fort agréable d’écoute, une pièce dans la pure tradition du heavy métal.  Buried Alive débute d’une façon plus directe et rapide.  Les back vocaux viennent agrémenter l’harmonie de la chanson et me fait beaucoup penser a du Anthrax des années 80 mais avec sa propre originalité.  Du coté des guitares et de la batterie, rien à redire, fort efficace et soutenue.  Shadows in the Dark démarre plus heavy et thrash de par son rythme mais avec une certaine lenteur.  Le jeu des guitares est fort bien fait.  La voix toujours légèrement criarde mais à un juste niveau, une excellente pièce en somme.  Légère intro pour Electric Chair, elle ressemble un peu à sa précédente mais le jeu des guitares met une touche plus thrash et soutenue et elle possède un coté plus mélodieux.  Black Gold reste dans un tempo lent et lourd mais sans jamais se perdre, il y a toujours ce petit groove fort agréable qui nous force à bouger la tête. La guitare dans son ensemble demeure solide et fort efficace. Du côté de la batterie toujours soutenue et solide qui apporte un plus à la pièce.  Sur Echoes from Within la basse est mise de l’avant dès le départ et un certain coté progressif agrémente le tout.  Le rythme accélère à certain moment mais ne se perd jamais dans son rythme.  Ghost Town débute lentement et version acoustique avec bruit de vent en fond mais ne vous attendez pas à une pièce de dentelle, au contraire le tout reviens vite à ces origines imposer depuis le début de l’album.  Le refrain est facile à retenir et saura aller chercher et faire chanter le publique sur scène.  Puis le tout s’enchaîne immédiatement avec la pièce Smog.  Une pièce qui me fait penser beaucoup à du Dream Theater du côté de la voix.  Encore ici on a le droit à du bon heavy métal bien conçu et direct.  Les guitares sont excellentes ainsi que le rythme imposé par la section rythmique.  Wake démarre plus rapidement.  Une rythme toujours groovy et soutenu, des guitares toujours aussi efficace.  Encore une autre excellente pièce de pur heavy métal.  What Justice?  Reste dans la même ligner, toujours aussi lourde dans son rythme mais toujours en restant efficace et direct.  Less Than Human à un jeu de guitare plus technique à mon avis et très ambiancé.  Une rythmique plus saccadé mais qui en demeure pas moins groovy.  Les guitares sont harmonieuses et agréable d’écoute, une pièce nettement plus lente et sombre que ces prédécesseurs.  Kissed Goodbye est la dernière pièce de cet album.  Une belle façon de terminer le tout avec une pièce très rapide et sans compromis.

Kill of Rights nous apporte un vent de fraicheur avec  Sign of the Crimes et nous ramène aux  sources avec des pièces de pur heavy métal qui tend à lorgner à l’occasion du côté thrash.  Les guitares sont magnifiques et offre ici et là des jeux raffiné et heavy à souhait, un rythme groovy comme à l’époque des années 80 mais avec une production d’aujourd’hui.  La voix est vraiment heavy et légèrement en retrait comparé aux autres instruments, mais ça ne lui enlève aucune force au contraire, sa agrémente le tout très efficacement. J’ai tendance à moins entendre la basse mais quand on regarde du côté de la batterie qui elle de son côté et fort présente et offre un rythme divin à certaines pièces, alors on s’en offusquera pas. On pourra y entendre de multiple influence ici, surtout pour les gens de ma génération mais n’en demeure pas moins que les 13 pistes qui constituent cet album sont bien composées et font changement de certain style utilisé à outrance de nos jours. Kill of Right nous emmène un retour au source et aucune pièce faible ici, juste du pur heavy métal comme il doit être fait. Pour un premier album on peut dire mission accompli.

Ma note : 8/10

Alain Labonte (Québec-Métal)
 


No comments:

Post a Comment