Alcatraz Festival 2018

Wednesday, 5 October 2016

CD Critics: Without Fate - Without Fate (2016)


(french only)


Critique CD

Without Fate - Without Fate (2016)

Le groupe :
Vince Mercier - Voix

Étienne Lafond - Guitares/Voix

Martin Bersier-Carpentier - Basse

Nicolas Martel - Batterie

Les chansons :
01 – Revolution Calling

02 – Lies

03 – Without Fate

04 – Rise of Rebellion

05 – In Via Veritatem

06 – We Are Blind

Without Fate est un nouveau venue sur la scène métal Québécoise et compte en ces rangs, quatre musiciens venant de divers coin de la province dont Sherbrooke, Longueuil, Granby et Lavaltrie. Le groupe qui a vu le jour en 2015, officie dans un registre très variée allant du symphonique métal, du métal progressif avec certain autres influence divers. Aujourd’hui il nous présente leur premier œuvre sous forme d’un E.P. de 6 chansons dont le titre est éponyme, c’est-à-dire Without Fate. Il est maintenant grand temps de vous présenter ce tout nouveau méfait qui pourrais bien faire belle figure dans le paysage métal du Québec.

Le tout débute par la pièce Revolution Calling, une entrée peu conforme au métal si je me fie uniquement au son perçu mais ne pas se fier à l’apparence car la rythmique démarre en trombe. Dans son ambiance globale j’y perçois différente influence, même du côté des cœurs, j’y ressent un certain coté Epica mais sans le côté death metal. Une bonne dynamique, voix claire superbement bien exécuter, une guitare solide. Un bon début qui promet pour le reste de l’album. Lies de son côté est plus progressive sans par-contre perdre de son énergie qui leur viens du métal symphonique, une voix plus sombre mais bien dosé par rapport au reste des instruments. Un jeu de guitare vraiment bien ficelé avec brio. J’ai l’impression a quelque reprise d’être emporter dans un autre monde dû à l’ambiance proposer. Whitout Fate qui est la pièce titre, reste dans le même mode. Très progressive et puissante en même temps. De belle ambiance crée par le clavier qui lorgne d’un certain coté plus futuriste. Le jeu de guitare est encore une fois sublime et que dire de la batterie qui déferle de tout bord tout coté de superbe façon. Le clavier est omni présent et on peut certainement dire que c’est une pièce entièrement progressive jouer magnifiquement. De surcroît, je dois rajouter que cette dernière est entièrement instrumental. Rise of Rebellion m’emmène plus vers ce que Stratovarius et Rhapsody pratiquais à l’époque, un bon mélange des deux styles mais à la sauce Without Fate. Une autre chanson qui fera son effet c’est garantie a tous amateur de ce style. In Via Veritatem est plus qu’une chanson, car elle dure tous prêt de 18:51. Alors quand on dit une pièce épic, celle-ci en est toute une. Des cœurs qui crée une belle ambiance. Ici on a le droit à divers horizons, que sa sois du métal symphonique qu’au progressif. Du clavecin ici et là, une rythmique dynamique et encore une fois une guitare sublimement bien joué avec talent. Malgré sa longue durée je n’y ai pas ressenti de temps mort. Et le tous se termine par la chanson We Are Blind. Je ne sais pas d’où sort ce guitariste mais encore une fois son jeu est sublime, clavier en fond de trame, batterie soutenue, une voix magnifiquement interprété. Tout y est pour bien terminer ce premier méfait de Without Fate.

Without Fate avec ce E.P. de six chansons nous emmène un vent de fraicheur dans cette scène métal Québécois qui est engorgé par le death metal. Des musiciens hautement qualifiés et on ressent cette maitrise de leur instrument. Du côté de la voix, rien à redire, elle est bien exécutée et tantôt plus sombre que hautement percher tout en restant très mélodique. 6 compositions de qualité et foutrement bien montée. Pour les amateurs de métal progressif ou de métal symphonique, il vous est fortement recommandé sois d’écouter, voire acheter ce E.P. et pourquoi pas aller voir le contenue en concert.

Ma note : 8/10

Critique par Alain Labonte
©Québec-Métal